Restauration de "Julie", une 4cv de Mai 1950.

 




16 Amortisseurs à levier Renault


   Ce type d'amortisseur a équipé les voitures Renault sur les véhicules d'avant guerre et jusqu'au début des années 1950. Il y a une dizaine de modèles et variantes, et l'entretien de ces amortisseurs pour la 4cv a fait l'objet d'une IS très précise sortie le 14 avril 1950.
    Cette instruction spécifie qu'en cas de fuite au niveau de l'axe principal, le amortisseurs doivent être retournés au "Centre  amortisseurs Renault"... Ce qui sous-entend que les garages Renault ne POUVAIENT pas y remédier. Lorsqu'une intervention nécessitait un outil spécifique, Renault le vendait aux garagistes pour leur permettre de réaliser eux-mêmes l'intervention. Pour les fuites aux niveau de l'axe des amortisseurs, ce n'était pas le cas. J'ai cherché longtemps un document expliquant ce que le centre amortisseur faisait, mais en vain!
    Il y a deux modèles : le modèle avant à deux bras et il est raccordé à l'articulation haute du pivot. Le modèle arrière a un seul bras fixé sur la trompette. Ils ont été remplacés sur la 4cv par des amortisseurs Allinquant en JUIN 1951.
    Je me suis donc contenté de faire l'entretien "garage" suivant l'IS 1008 DU 14 AVRIL 1950.
   
 

   Commençons par l'amortisseur avant gauche...
   Voilà déjà l'engin juste après un nettoyage grossier... il fonctionne parfaitement même s'il semble manquer un peu d'huile.
   
... Ces amortisseurs posaient de graves problèmes de tenue de route à Renault. Ils ont été modifiés plusieurs fois. il y avait des fuites d'huile et il fallait être vigilant et refaire le plein de temps en temps...


    Une vue du dessus. Au milieu le petit réservoir d'huile avec un boulon-couvercle qui a déjà vu quelques coups de marteau....
   Entre les deux bras un écrou de fond de cylindre latéral. nous appellerons celui-ci écrou de cylindre côté bras.
    Attention ! lors du démontage, il ne faut jamais mélanger les pièces côté bras et les pièces côté traverse!...


   Voici l'écrou de cylindre côté traverse. Les deux écrous ronds sont identiques. Il y a un estampage en croix. Renault vendait un outil RS 52 pour démonter ces écrous ronds.
   Quand on a pas les outils, il faut les fabriquer. Les garages utilisaient souvent, en remplacement de l'outillage préconisé, des mors à griffes... qui abîmait les écrous, voire les déformait.
   Renault vendait aussi un support d'intervention. Je l'ai remplacé par un morceau de cornière en acier de 10mm d'épaisseur dans laquelle il faut évider un petit passage pour le bouchon...


   Un premier dégraissage et ouverture du réservoir d'huile.
   Il est temps de commencer à parler des fuites. Les bras actionnent un axe sur lequel est fixé un petit levier actionne un piston dans un cylindre. Tout baigne dans l'huile. C'est l'huile qui oppose une résistance au mouvement  de droite à gauche du piston qui permet d'amortir les chocs!
    Ce qui veut dire que s'il n'y a pas assez d'huile, la résistance diminue et si il manque 50% d'huile, il n'y a plus aucune résistance.
    La capacité du réservoir a été augmentée en 1949 pour espacer les pleins d'huile...


    Il y avait 6 endroits avec risques de fuites sur ces amortisseurs.
    1) le joint de l'écrou-bouchon
    2) le joint de réservoir ( celui de la photo).
    3 et 4) les joints des écrous de cylindre.
    5 et 6) les presse étoupes de l'axe principal
   Les presse-étoupes sont des joints d'étanchéité qui empêchent l'huile de sortir à l'extrémité de l'axe. Et c'est à ce niveau que se situent les grosses fuites d'huile. On ne peut malheureusement les remplacer sans démonter les bras! Et c'est le démontage des bras qui nécessitait l'intervention dans un centre amortisseur! JE SUIS TOUJOURS PRENEUR D'UNE SOLUTION NON DESTRUCTRICE POUR DEMONTER CES BRAS!


   Pour commencer l'entretien, la première chose est de vidanger complètement l'huile...
   L'huile utilisée pour ces amortisseurs est une huile très dense de type hydraulique, Renault vendait une Huile spéciale RS 46. certains revendeurs vendent une huile pour amortisseur. Il s'agit d'une huile hydraulique du Typr S.A.E. 80w90...
 


   Faire un bain de dégrippant  pendant  24 heures à l'intérieur et à l'extérieur au niveau des écrous rond...
   Au passage, vous avez pu voir que l'amortisseur était peint en jaune. J'ai conservé dette couleur pour la peinture des réservoirs en aluminium.
 


   Pour dévisser les écrous de cylindre, n'ayant pas l'outil RS52, je me suis préparé un fer de 7mm avec deux ergots et un trou pour pouvoir passer un fer rond...
   
 


   Il s'emboîte parfaitement... mais rien à faire pour dévisser les deux bouchons. Le pas de vis intérieur est un pas de 100.
    Si je force avec ma rallonge d'1m, je vais abîmer les bords intérieurs de l'empreinte... abandon!

  


   Je préfère nettoyer l'engin complètement et attendre....
quoi?...
    Le brossage porte conseil! et je décide de sacrifier une douille... disqueuse et lime...



   ...et le lendemain matin de bonne heure, deuxième essai.... chauffage au chalumeau et... les ergots de ma douille rentre parfaitement dans les écrous.
   
 


   Mais rien à faire ni avec la clé à rallonge, ni avec la clé à cliquet!
   Stop! je ne vais pas bousiller un amortisseur par curiosité...

   


   ... En attendant, je peux toujours nettoyer. L'intérieur est propre, pas de bruit suspect.
   Nettoyage de la surface du joint... ces joints sont introuvables, il faudra donc les découper...
   Dans toutes les documentations trouvées sur internet pour le démontage des amortisseurs, le levier dont on voit la tête ici, est fixé avec un vis d'arrêt. Malheureusement, ce n'est pas le cas ici...


   l'amortisseur propre... vous pouvez voir l'extrémité de l'axe principal qui s'emboite dans l'œil du bras. L'extrémité de l'axe et l'œil du bras sont crantés et emboité à la presse!
   
   


   A droite, entre le corps en fonte de l'amortisseur et l'œil du bras, vous voyez un couvercle qui se déboite facilement, à condition d'avoir pu virer le bras!
   Ce couvercle recouvre le presse étoupe...
   


   Il y a eu plusieurs types d'amortisseur avant.
   Le corps de celui de droite était fixé par 4 boulons  et celui de gauche par 3 boulons seulement
   ... un tabouret à 3 pattes ne boite pas!
    L'écrou bouchon est muni d'une valve et trou d'évent. Sur un de mes deux amortisseurs, le trou était bouché à l'étain.... peut-être pour limiter les fuites d'huile avant que le réservoir des amortisseurs ne soit modifié. Compte tenu de la date de sortie des chaines de "Julie"( 23 mai 1950), on peut supposer que les nouveaux réservoirs et écrous, qui sont sortis en Octobre 1950, ont été changé  en s.a.v.


   Il y a plusieurs vérifications importantes à faire avant d'investir du temps dans ces amortisseurs:
   La première c'est l'état des bras. Ils doivent être parallèles et l'œil de l'extrémité ne doit pas être déformé...
   La deuxième, vérifier qu'il n'y a aucun bruit suspect, ce qui se produit si le levier est cassé.

   La troisième , que lorsque l'amortisseur tenu fermement dans l'étau, en manœuvrant les bras dans le sens horizontal, il n'y a pas de jeu au niveau de l'axe. Si c'est le cas, tant que nous n'avons pas trouvé le moyen de débrancher les deux bras, nous ne pourrons pas  remplacer les presse-étoupes



   6 heures passées sur le premier amortisseur... et je n'ai pas beaucoup avancé...
   Nouvel essai pour démonter les écrous ronds... il va falloir se décider!
   ...


   Mise en place d'un serre-joint de menuisier pour éviter que ma douille ne sorte de l'écrou
   Une rallonge de 80cm en tube de 20 de chauffagiste et une cale sous ma cornière pour rendre l'ensemble bien rigide.
    Et en appuyant doucement, juste un petit tic et le bouchon se débloque enfin !



   On dit que quand la force ne suffit pas, c'est qu'elle est inutile.
   L'utilisation de rallonges bien pensées est une prise de risque plus efficace que le coup de marteau !
   Par la suite, j'ai démonté  8 amortisseurs de cette manière.


   Et voici le bouchon. Il est en réalité composé de l'écrou  et d'une plaque de fond qui appuie sur un joint d'étanchéité en fibre appelé communément "Sirius" .
   J'ai trouvé des joints noirs et des joints rouges...
   Les joints d'origine font 46 *34 , je n'ai trouvé que des 45*35 pour les remplacer...  ils feront l'affaire!


   Cette fois-ci, je vais pouvoir procéder à l'entretien "courant" de mes amortisseurs...
   
   Voici la notice.


    Sous le couvercle on aperçoit la soupape et le jonc de fixation
    Le jonc se retire facilement au tournevis.
   


   Le jonc, le ressort, la soupape et deux rondelles clinquant ou d'appui, je ne sais pas...
    Attention les soupapes et ressorts  ne sont pas identiques côté bras et côté traverse...
   


   La pièce principale : la soupape avec ses trous calibrés différents côté rebond et côté choc .

   ( le ressort monté sur la soupape n'est pas démontable...)


   La chambre, piston repoussé, s'assurer qu'elle n'est pas rayée.
   
   


   Le bouchon rond...
   Le bouchon et son fond,  et au milieu, le joint fibre qu'il vaut mieux ne pas abîmer si vous ne pouvez les remplacer!
    Attention la photo a été faite par un étourdi : l'ordre de gauche à droite c'est: couvercle, fond de couvercle(arrondi côté couvercle) et joint!


   


   Nettoyage complet au dégraissant en bombe, coup de soufflette pour évacuer tout résidu dans la soupape et remontage de l'ensemble en sens inverse...


    L'écrou bouchon de remplissage est muni d'une valve, bille + ressort.

   


   Et sur le réservoir du deuxième amortisseur avant, le trou a été bouché par une soudure....

   Plus étrange encore que cette histoire de valve, plusieurs propriétaire de 4cv de 1949 et 1950 m'ont signalé que  certains amortisseurs n'avaient ni ressort, ni soupape...
   


   Pour ceux que ça intéresse...

   instruction du 14 avril 1950 en pdf téléchargable...
   ...


   Après mise en peinture émail jaune du réservoir, j'ai remonté mes amortisseurs  et je les ai mis en observation.
   
   


   Et 5 mois après, sous un de mes amortisseurs avant ... une belle tache d'huile sur le carton:
    Il y a une fuite entre le corps de l'amortisseur et le levier...


   C' est donc la fuite la plus emmerdante, au niveau du presse étoupe. La fuite n'est pas importante, mais elle oblige à une surveillance permanente et le remplissage n'est pas très pratique à l'avant... et franchement emmerdant à l'arrière car il faut démonter la banquette et les trappes de visite.
   


   Le presse étoupe se trouve au niveau de ce couvercle en tôle qui a déjà été marqué par une griffe... Pour le déboiter, il faut insérer une lame de tournevis entre le corps et le couvercle. Un coup de wd40 la veille ne peut que faciliter les choses
   Mais nous en revenons toujours au point de départ : comment déboiter ces bras???
   


   Vous pouvez voir sur cette photo des pointages. Il y en a deux, un sur l'axe et un sur l'œil du bras.
   Ces pointages servent de repère lors du montage des bras.
   Impossible de savoir si ces pointages étaient fait à l'origine ou lors d'une intervention S.A.V... Et j'ai trouvé sur certains bras des doubles pointages impossible à aligner!


   La fuite se situe juste au niveau de l'axe. L'axe traverse le corps et c'est lui qui fait osciller le levier horizontalement.
Si on peut chasser cet axe à la presse, ça risque de forcer sur la biellette et ensuite? ...
   ...
   Comment sont montés les joints à chaque extrémité?
comment est fixée le levier sur l'axe?
 


   CHRONIQUE D'UN ESSAI FOIRE à 50€
   
       Pour " arracher " mes bras, j'ai acheté un coffret d'extracteurs de roulement avec une idée derrière la tête.
    Cet amortisseur droit qui fuit va me bloquer dans mon remontage si je ne  trouve pas une solution.
    La suite en images!

   
 


   L'idée de départ est d'utiliser cet extracteur de type "guillotine" en y adaptant un outil maison.
    Une plaque d'acier  de 8mm découpé dans une vieux morceau d'attelage agricole qui traine ici depuis Mathusalem...
    Perçage des trous de fixation de la plaque sur la guillotine....
   
   


   Essai de montage car les deux montant latéraux ne doivent pas gêne la fixation de la plaque.
   
   


   Mise en place de la plaque sur la guillotine...   
   


   ...Pour le perçage des trous sur la guillotine..

   
   


   séparation des deux mors, découpe à mi-chair et affinage de la partie qui doit s'emboiter entre le corps de l'amortisseur et le bras...
   
  


   Montage des deux mors et des deux montants hexagonaux.
   
   


   Marquage des postions des bras sur l'axe pour faciliter le remontage
   Le bras était ressoudé sur l'axe, ce qui laisse supposer une intervention auparavant.
   J' ai donc fait sauter la soudure... un peu de wd40 pendant 24 heures


   Montage de l'extracteur: les deux évasements s'emboitent derrière l'œil.
   En serrant la vis, ça doit sortir...
   Premier essai, ça tire mais rien ne bouge...


   Deuxième essai : chauffage au chalumeau de l'extrémité du bras pour le faire dilater
   Malgré la rigidité de l'ensemble, ma plaque d'acier semble s'écarter du bas...
   


   Troisième essai...Changement de position...
   Maintien des deux plaques en acier avec 2 serre-joints...
   Rien à faire? ça ne bouge pas d'un poil!...
   
   


    Chauffage au chalumeau juste sur l'œil...


   Malgré la présence des serre-joints, pas le moindre progrès...
   Les rondelles en haut se tordent d'un côté et l'appui sur la vis centrale bascule.
   Je suis à la limite du système. Peut-être faudrait il essayer avec un extracteur à 2 griffes très costaud, quitte à meuler un peu l'épaisseur du bras pour pouvoir encastrer les griffes...
J'ai essayé aussi un chasse rotule, rien à faire!
J'espère trouver plus malin que moi


    Donc, je crains qu'un outillage lourd soit nécessaire pour démonter ces amortisseurs emboîtés à la presse... j'aurais bien aimé... Heureusement, Jean-Marc, Jmdro10 près de Troyes m'a trouvé deux amortisseurs identiques aux miens.... ...
   Après les avoir nettoyés, je me retrouve avec 4 amortisseurs différents :
   Le premier de type 22 base 4 est fixé par 3 boulons...
   La base avec 4 emplacements pour les boulons de fixations mais dont 3 seuls sont percés.


   Le numéro 22 est peut-être le numéro de l'empreinte du moule en sable pour couler la fonte?...


  
   Les trois autres sont identiques :
    Type 12,fixation par 3 boulons...
Type base 3 uniquement 3 emplacements pour les boulons, surface d'appui moins importante, corps en fonte différent du base 4


    Type 13, base 3 fixation par 3 boulons......
   


    Type 16, base 3 fixation par 3 boulons......
   
   


   J'ai fait un petit test sur mes 4 amortisseurs avant en suspendant un poids aux bras ce qui revient à tester le gicleur 2 trous de  0.55 coté  rebond)

- une masse d'horloge environ 1kg5 suspendu aux bras d'amortisseur
- mise en position haute
- lâcher
- chrono sur 4 temps de descente pour chaque amortisseur

Faire la moyenne et les résultats sont éloquents
   modèle 13  ref 4269789 temps  4'35"
   modele 22  ref 4262565   temps  9'10"
   modèle 16  ref 4269789 temps 13'16"
   modèle 12  ref 4269789   temps 22'10"


   Ce petit test est significatif : en cas de choc simultané sur le train avant, le déséquilibre devait être flagrant.
   La seule vérifcation qui s'impose, c'est de s'assurer que les gicleurs sont bien positionnés.
   ...


   Le remontage des amortisseurs avant ne pose pas de problème
   Sui vous avez démonté séparément les côtés traverse et côté pivot, vous ne pouvez pas vous tromper
    Sinon la valve avec deux trous de 0.65 est du côté rebond, c'est à dire côté bras et pivot


   Et la valve avec 4 trous de 0.85 côté choc donc côté traverse.
   


   Vous voyez bien sur la photo qui correspond à la position "bras baissé", en haut,  une rainure qui doit servir de guide pour le cylindre dans le corps de l'amortisseur
    On voit également les encoches qui servent à bloquer le jonc d'arrêt des soupapes qui viennent buter dans le couvercle sous le bouchon.
    et on voit aussi au centre la partie dans lequel est fixé le levier actionné par les bras...
   


   Photo vue du dessus . on voit la pièce à travers laquelle passe l'axe sur lequel sont fixé les bras. Dans le trou central juste un peu d'huile, mais pas de vis de blocage sur l'axe
    et de chaque côté, juste à côté du joint, deux petits trous de 2mm par lesquels circule l'huile (??) et l'air (??), sans doute les deux...
   J'en sais toujours bien peu sur le fonctionnement de ces amortisseurs qui étaient montés avant guerre sur les Juvaquatre, et sans doute d'autres Renault etc...


   Un des deux amortisseurs avant remonté aprés nettoyage, changement de tous les joints, remise en peinture des réservoir et cops passé au Rustol Owatrol.
   Il ne manque que la vis hexagonale qui réuni les deux bras et son écrou
le plein d'huile SAE 80W90 est fait.


   Passons maintenant aux amortisseurs arrière...
   Le corps et le fonctionnement est le même que les amortisseurs avant, mais il n ' y a qu'un seul bras raccordé à la trompette par une bielette munie de 2 silentblocs
   Il s'agit ici de l'amortisseur arrière gauche.


   Sur la photo, à gauche un amortisseur avant et dans l'étau, un amortisseur arrière.
    Le fait de n'avoir qu'un seul bras fait subir un effort déséquilibré à l'axe qui entraine le levier.
    Et sur ces amortisseurs, c'est le presse-étoupe côté bras qui trinque. Il s'écrase et l'axe prend du jeu...
    La fuite à ce niveau est inévitable et on se retrouve avec le même problème que sur les amortisseurs avant: il faut réussir à déboiter le bras!


   Nettoyage des soupapes : la soupape à 2 trous de 0.65 côté rebond
   


   La soupape à 4 trous de 0.85 côté choc
   


   les 5 pièces de la soupape ( ou clapet )
   le jonc le ressort ici gros fil (côté choc)
   la soupape et les deux rondelles



   remontage

   mise en place des deux rondelles



   Mise en place de la soupape
   


   Mise en place du ressort... ne pas se tromper de sens...
   


   mise en place du jonc
   


   Et pour finir.... remplacement des joints. Deux types de joints rencontrés au démontage : un fibre rouge et un fibre noir
   Celui que j'ai trouvé pour les remplacer est en fibre rouge...
   


   Légèrement plus petit que les joints d'origine, mais je pense que les joints en place étaient très écrasés ( 45*35 au lieu de 46*34)
   


   Ils recouvrent parfaitement le siège
   


   Mais ils nagent un peu sur la plaque du fond du bouchon
   


   Voilà l'amortisseur arrière remonté
   il me reste deux joints de couvercles à découper et à mettre en place, un dégraissage, brossage du corps en fonte, une couche de Rustol sur les amortisseurs et un coup de peinture email sur les couvercles!


  Pas de fuite.... enfin j'ai triché un peu! en faisant l'entretien, je me suis aperçu que l'axe d'un des amortisseurs arrière avait un peu de jeu latéral  et une fuite assez conséquente.... j'ai mis un joint torique dur entre le bras et le couvercle... et plus de fuite ! et il est aussi raide que le deuxième.
   Mais cette situation ne peut être que provisoire, car je ne suis pas sûr que ce joint ait les caractéristiques indispensables pour tenir le choc dans le coffre moteur!


   Ca y est, les amortisseurs sont prêts à être remontés...
   je les ai vidangés complètement après entretien, mis en place des joints neufs sous les couvercles, mis de l'huile spéciale amortisseur à levier et  ils sont sur du papier depuis plus d'un mois... Hélas, j'ai deux amortisseurs en état correct mais avec une très légère fuite...
   Disposant d'un deuxième jeu complet d'amortisseurs avant et arrière, j'espère toujours pouvoir un jour trouver une solution pour les ouvrir !


   Remontage des amortisseurs sur les demi-trains avant...
   
   

titre  

   Boulonnage de l'amortisseur avant droit sur la traverse.
   J'ai fait le choix de conserver ces amortisseurs parce que je n'ai pas l'intention de faire des grandes distances sur des routes défoncées
   Je sais néanmoins ( oreille en plus) qu'il faudra rester prudent et surveiller les niveaux d'huile.


   Remontage des amortisseurs arrière

   Mise en place sur la traverse avant du groupe motopropulseur


   
   l'amortisseur arrière droit en place dans le coffre arrière

Retour Menu Principal