Restauration de "Julie", une 4cv de Mai 1950.

 




08 Démontage du Groupe Moto-propulseur


   La section " Groupe Moto-propulseur " concerne les organes qui servent à transmettre la puissance moteur aux roues par le biais de la boite de vitesse et du différentiel. Elle traite de la séparation du train arrière du moteur.  Il faut démonter le système de suspension, les deux " trompettes" , tout le circuit de freinage, désolidariser la boite de vitesse, et on pourra enfin poser le moteur sur un support.
   Commençons par les amortisseurs. vous les voyez bien sur cette photo.
Ce sont des amortisseurs Renault à levier... ils sont fixés sur la traverse haute et reliés à chaque trompette par une biellette.
   


   Démontage des deux amortisseurs hydrauliques qui seront à réviser plus tard, l'un est raide, l'autre n'oppose pas de résistance sans doute manque de fluide...
Dans la partie haute, l'huile suinte par un petit trou, prise d'air sans doute...fixation avec seulement 3 boulons mais 4 trous...? ...
   


   Droite ou gauche c'est le même, c'est le sens de montage qui change...
   Donc par d'importance pour les amortisseurs, mais en général, il faut toujours penser qu'il ne faut pas mélanger les pièces du côté droit avec le côté gauche... car il vaut mieux remonter comme c'était à l'origine
   Il faudra de toutesfaçons changer tous les silentblocs... une quinzaine sur la 4cv.. et ce ne sont pas tous les mêmes!


   Au passage petite photo de l'ensemble plateau/tambour de frein de la roue arrière gauche...
   Les boulons de la bride de fixation sont bien camouflés!
   Et vous voyez à droite l'entrée du câble de frein à main...


   Les deux amortisseurs étant déposés, j'ai cherché des informations sur le démontage de la traverse de fixation du train arrière... N'ayant rien trouvé de précis, j'ai pris sans doute des précautions inutiles pour ne pas voir un ressort sauter dans le garage....
   ...J'ai d'abord bridé les ressorts des roues arrière ...
   Regardez bien le circuit de freinage complet du train arrière, la photo sera indispensable quand il faudra remonter!
 


   La traverse est fixée sur la boite de vitesse par une bride et 4 écrous: coup de brosse et wd40 sur les écrous, ainsi que sur les écrous et contre-écrous des tiges de débattement des ressorts....
   ...la bride est en alliage d'aluminium, mais les goujons et écrous sont en acier... moi je ne me pose plus de questions : avant chaque démontage, wd40, si ça ne dérouille pas, ça lubrifie!
 


   La traverse est trés encrassée, nettoyage rapide ...
   pour ne pas encrasser les sangles...
 


   Pose d'une sangle 200kgs de chaque côté avant démontage des écrous des tiges de débattement du ressort...
   Avant d'aller plus loin, METTRE UN BILLOT BOIS calé sous la boite car quand la traverse sera libérée, la boite va descendre!
   Retrait des compresseurs de ressort qui ont seulement permis de mettre en place la sangle
Mise ne place d'un serre joint de menuisier pour maintenir l'écartement entre traverse et trompette! vis serrée à fond!
 


   Déblocage du contre écrou et écrou, merci wd40. J'ai retiré le contre-écrou mais laissé le gros écrou sur le haut de la tige de débattement du ressort, au cas où...
   Retrait des 4 goupilles fendues sur les écrous noyés dans la graisse, et retrait des 4 écrous de la demi-coquille de fixation de la traverse.
   La traverse est seulement maintenue par les deux sangles. desserrer un peu le serre-joint, desserrer la sangle... desserrer un peu le serre-joint, desserer la sangle(bis!)... et quand elle n'est plus tendue, les ressorts et la traverse sont libérés, la boite suspendue sur le billot.
 


    ... et la traverse de suspension du train arrière peut être déposée...
   
 


   Voilà la traverse est démontée et la boite repose sur le billot...
   ...
 


   le berceau de la traverse et ses 4 goujons...
   ...
 


   ...et la tige de débattement du ressort fixée sur la traverse avec un boulon passant à travers un silentbloc qu'il faudra remplacer
   Il y a du gravier et de la graisse dans la coupelle!
 


   Avant de pouvoir séparer les deux demis trains arrière de la boîte, il reste à démonter le circuit de freinage. et ce n'est pas la partie la plus drôle...
   D'abord la roue arrière droite un tube en cuivre et un raccord fixé sur le plateau de frein par un raccord appelé "vis banjo"...
 


   ...Ensuite le tube en cuivre est fixé sur un raccord qui traverse une patte soudée sur la "trompette" arrière droite.
   Trompette, c'est le nom donné au tube qui relie la sortie de la boîte de vitesse à la roue : elle est traversée par l'arbre de roue. A droite du raccord, nous avons le flexible de frein en caoutchouc.
 


   Ce flexible arrive ensuite sur un 2ème raccord fixé sur la sortie de boite de vitesse et nous avons ensuite un tube en cuivre...
   ...
 


   ... qui passe de l'autre côté de la boite et est protégé par un tube en coutchouc...
   ... à quoi sert il? il faudra que je cherche


   ... ce tube en cuivre arrive a un raccord en cuivre en T. C' est sur ce T en bas qu'arrive le long tube de cuivre qui vient du maître-cylindre à l'avant de la voiture.
   ... Sur la 4cv, le réservoir de liquide de frein se trouve dans le coffre avant. le liquide de frein va au maitre cylindre qui est actionné par la pédale de frein et envoie le liquide sous pression vers les roues...
Nous avons ensuite le flexible de frein qui part à droite vers la roue arrière gauche...


   ...et un nouveau raccord fixé sur la trompette gauche, puis un nouveau tube en cuivre
   ...Pourquoi des flexibles? tout simplement parce que les trompette oscillent en permanence de haut en bas à cause de la suspension, et légèrement d'avant en arrière
     Les tuyaux en cuivre sont assemblés avec des collets, comme en plomberie à cette époque, ...maintenant on ne s'embête plus avec cela!


   Mais n'allez pas croire que le démontage va se faire tout seul! ça fait 65 ans que rien n'a bougé et les vis banjo, les raccords et les flexibles ne sont pas en acier!...
   Il va falloir forcer, et chauffer! Et il est indispensable de noyer tous les raccords dans du WD40 la veille!
 


   ... un bon coup de chalumeau, ça grésille!!! le but est de faire dilater le métal. D'un côté, ça suffit. ce n'est pas le raccord en laiton qu'il faut chauffer mais la vis qui le traverse et cette vis est vissée sur le plateau. Elle est creuse pour laisser passer le liquide de frein
   ...
 


   Même traitement pour les raccords...plus facile à démonter quand on peut les prendre dans l'étau.
   ...
 


   Vous penserez comme moi que chauffer n'est pas indispensable... mais pas moyen d'utiliser les clés à douille!
   ...et je n'ai pu avoir les têtes de vis banjo qu'avec une bonne clé à molette emmanchée dans un tube de 50 cm!
   Les puristes lèveront les bras au ciel, mais une bonne clef à molette, large, une vieille de la vielle, capable de serrer sans jeu, ça vaut parfois mieux qu'une clef plate trop courte et trop étroite!
   Je ne suis pas du genre à forcer... mais par moments il n'y a pas d'autres solutions


   Le montage de la vis banjo à travers le plateau...
   ...elle est vissée dans le cylindre de frein à l'intérieur du tambour!
   Depuis le cylindre de frein, le fluide aura traversé le grrand tube cuivre, un raccord en T, un flexible, un autre raccord, un tube cuivre, et la vis banjo avant d'arriver au cylindre: autant de risques de fuite!


   Fixation du T sur la boite de vitesse...
   ...les raccords noyés dans la graisse viennent plus facilement que les vis Banjo!
   


   Fixation du T sur la patte soudée de la trompette......
   ... on ne fait jamais assez de photo
   ...Quand on n'est pas mécano, au remontage, on ne sait jamais de quel côté va la rondelle!


   Un tube cuivre et le raccord banjo à une extrémité , une vis de raccord à l'autre.
   Tous les tubes cuivres sont encrassés par un mélange de liquide de refroidissement et de pâte blanche...
   Il faudra tous les nettoyer avant remontage...


   les tubes cuivre sont montés dans les raccords par collets évasés façon plombier.
   ...on ne peut pas démonter complètement, ça ne sert à rien de démonter tout ...si on peut netoyer sans démonter
   


   Voilà toute la quincaillerie du circuit de freinage des roue arrières...
   Les deux flexibles ont l'air en bon état... mais comme tout est démonté, je les changerai.
   Le freinage est le point le plus important lors des contrôles techniques. Lors d'une restauration complète, il vaut mieux remettre à neuf ce qui peut l'être. Maitre cylindre, cylindres de roue, flexibles et plaquettes.
   Quant aux tubes en cuivre, il va falloir dissoudre la mélasse qui les obstrue!


   il va falloir maintenant désolidariser la boite de vitesse... mais avant vidange
   En haut le bouchon de remplissage...
 


   Et dessous 3 bouchons de vidange. Pourquoi 3? 1 pour la boite proprement dit, 1 pour le différentiel...
   Et le troisième ne sert à retirer le trop plein d'huile dans le différentiel lors du remplissage...
 


 Autrement dit quand on fait le plein, on remplit tout, l'huile qui vient du compartiment boite s'écoule dans le compartiment différentiel
 ...et quand le différentiel est plein, il faut bien évacuer le trop plein!


   avant de pouvoir la désolidariser la boite du moteur , il faudra faire un bon décrassage...
   ...
 


   Mais pour l'instant, il faut continuer de démonter le train arrière...
   ...et il y a un mélange de goudron, graisse, cambouis, gravier, sable... pas très appétissant....


   La vidange moteur a été faite. pour démonter les 2 dernières tôles basses moteur, il faut d'abord démonter le carter d'huile...
   Et c'est l'occasion de parler d'un petit problème récurrent : les vis de fixation du carter d'huile, quand elles sont serrées trop fort, ont tendance à déformer le bord du carter d'huile.
    Attention après aux fuites d'huile! ...
   ... en haut vous voyez la tirette du démarreur... pour démarrer le moteur depuis le coffre...


   Remarquez qu'il y a un compartiment à droite...
   ce compartiment sert à protéger la couronne de démarrage ...


    La peinture se détache en plaques. Je ne pense pas que ce bleu soit d'origine...
    Le carter était de couleur vert Renault ... un trou rectangulaire dans le compartiment couronne de démarrage, je ne sais pas à quoi il sert!
 


   Voici la tôle arrière moteur fixée entre le bloc moteur et le carter d'huile  par deux pattes...
   vue du dessous... vous voyer le trou ovalisé à gauche pour laisser passer le câble du démarreur
 


   vue du dessus...
   quant à la tôle arrière gauche moteur, elle a disparu! il va falloir en trouver une
   Et c'est là qu'il faut faire attention, car ces tôles ont été modifiées plusieurs fois!


   la tôle arrière droite manquante est normalement fixée de ce côté...
   ... vous imaginez facilement ce que provoquer, l'absence d'une tôle sous la voiture. C'est ce qui explique les dépôts de graviers et de sable un peu partout... sans vraiment améliorer le refroidissement du moteur.


   Voilà la tôle arrière droite 1950...
   ... cadeau de Daniel83.


   Mais continuons notre démontage du train arrière... il faut maintenant retirer les roues 5 écrous ronds pour fixer la jante ...
   Je ne vous fais pas grâce de la photo... il faut seulement les dévisser presque totalement et mettre une cale bois pour supporter la trompette. Sur la 4cv, la partie centrale de la roue s'appelle l'étoile. elle est fixée sur le tambour de frein et il est vivement conseiller de ne pas les désolidariser .



   Au départ, je pensais pouvoir démonter facilement l'ensemble etoile-tambour-plateau-trompette-arbre...
   ....mais j'avais oublié le câble de frein à main qui va de la roue droite à la roue gauche! Il me faut donc détacher ce câble fixé sur les mâchoires. Et pour ce faire, il fau d'abord démonter les étoiles donc retirer l'enjoliveur qui est clipsé sur l'étoile avec un tournevis plat assez large ...
   et vous pouvez ainsi atteindre l'écrou de fixation de la roue arrière...



   ...Pour démonter la flasque, pas bien compliqué : une goupille, un écrou
   ...Les écrous sont bien serrés 20-25 m.kg, mais ça vient bien. Quant à la goupille, un bon coup de dégrippant la veille, la débloquer avec un petit tournevis sans forcer,tapoter avec un maillet caoutchouc à l'arrière de l'étoile.
Si ça ne vient pas, il faut bricoler un extracteur, Hein Bernard?


   Avant de démonter de retirer l'étoile, j'ai fait un marquage... roue arrière gauche 1 pointage au foret, assez pour être détectable sous une couche d'apprêt
   Il vaut mieux remonter les ensembles trompettes, axe de roue, plateau, étoile du même côté...



   L'étoile dont la partie centrale sert de tambour côté extérieur
   il y a plusieurs "dessins" de tambours différents... si vous avez des photos, merci de me les faire parvenir!
remarquez qu'un des boulons de fixation en haut est cassé net. Il faudra l'extraire et retrouver le même! Boulon spécial avec une tête plate


   Le côté recto... un peu moins propre
   mais la cannelure est en bon état. la paroi du tambour a l'air propre... mais il vaudra mieux faire vérifier!



   le détail des boulons de fixation du tambour sur l'étoile...
   à noter que les boulons sont traversant.
   à l'époque l'ensemble était à peu près équilibré... mais le 4cv 1950 roulait à 90kms/h, mais uniquement dans les descentes!


   Le centre du tambour dans lequel vient s'emboiter l'arbre de roue.
   L'arbre est tenu par la rondelle cuvette et l'écrou à créneaux...
Quand on est néophyte, sur les forum et dans les livres, on est toujours un peu perdu car les pièces ne sont pas toujours identifiées avec le même nom


   voilà à droite la fixation du câble de frein à main... un boulon comme sur les câbles de vélos. Et comme toujours wd40 avant de desserrer.
   Le câble se libère facilement, plus rien n'empêche de démonter les trompettes...
Au passage, j'ai vu cette photo une dizaine de fois, et je viens seulement d'apercevoir les pointages sur la plaquette et les têtes des boulons de fixation-articulation des mâchoires! Attention au remontage!


   A noter au passage la patte d'accrochage du câble sur la mâchoire de frein, et plus haut  à droite, la pièce qui permet au câble de traverser le plateau de frein...
   



   La trompette est fixée sur le corps de la boite de vitesse par deux brides qui permettent et limitent son débattement horizontal et latéral...
   les ecrous de fixations sont tous maintenus en position par des arrêtoirs
les arrêtoirs empêchent que les boulons ne se desserrent: ils sont repliés latéralement sur les têtes de boulons aprés serrage...


   il faut donc déplier les arrêtoirs avec un gros tournevis et desserrer tous les écrous
   Les arrêtoirs sont des plaques de tôles fines découpée faciles à reproduire...
j'ai trouvé sur le net un jeu d'arrêtoir à 50€... trop cher même si c'est neuf. Si on ne compte pas un peu sur ces choses là, la restauration d'une 4cv peut monter à 20 000€ alors que sa valeur restaurée ne dépassera que rarement les 10 000€!


   les écrous retirés, on voit le cardan dans sa cage et le dé gauche de trompette ...
   la cage doit donc être bien graissée, mais je ne sais pas ce qui empêche la graisse de sortir...



   La Trompette est complètement libérée, l'arbre se déboite du cardan tout naturellement...
   Sur la photo, vous voyez bien les logements des deux dés de trompette, et les goujons de fixation qui traversent le fond de la cage à cardan.



   Et voilà l'extrémité de la trompette côté cardan...
   On voit bien l'arbre de roue cannelé qui sort de la trompette, el le dé qui est resté sur le tourillon...



   Et la même extrémité vue de l'extérieur avec les deux tourillons visibles cette fois...
   Je pense que cette extrémité a subi un traitement spécial lui donnant son aspect cuivré, mais je ne sais pas à quoi sert ce traitement.



   Ces dés de trompette sont en réalité des roulements à aiguilles. Les cages et les aiguilles sont en aciers...
   l'ensemble baigne dans de la graisse à roulement et il y a un joint feutre ( le deuxième a disparu...



   Attention les aiguilles ont tendances à se sauver......
   les roulements à aiguilles sont un vrai problème! vous pouvez en trouver des neufs à 100€ pièces.. vous pouvez les remplacer par des dés en ertalon ou en laiton, mais ils seront sans aiguille et plus fragiles..
    mais encore faut'il que vos tourillons de trompettes ne soient pas marqués!... alors si il faut trouver deux trompettes neuves et 4 dés neufs... il ne faut pas réver!


   ...la trompette entière sur laquelle j'ai laissé la partie externe de la cage. Cette cage est composée de deux demi-brides boulonnées entre elle
   ... la trompette est une pièce complexe en 3 parties assemblées par soudure...



   Et voilà toute la quincaillerie...
   il faudra ensuite répéter toute l'opération pour la trompette droite


   Les deux demi-coquilles externes de la cage à cardan qui maintenaient la trompette...
   Je ferai une section complète pour la restauration de ces trompettes.
Il faut maintenant désolidariser la boite de vitesse du moteur et ce sera la dernière opération de cette section.



   Avant toute chose, j'ai voulu vérifier qu'il n'y avait pas de fixation sous cette tôle qui est seulement clipsée sur le bas moteur...
   ..



   ...elle semble protéger le disque d'embrayage
   ..Il me reste donc à desserer les 4 écrous de fixation de la boite sur le moteur
La boite est soutenue par un billot


   la tôle de protection démontée...
   ..



   ...La boite est séparée du moteur
   ...Elle n'est maintenue que par 4 goujons



   ..La boite de vitesse côté entrée embrayage
   ... 4 gros goujons.. pas de joint?
Un problème de plus lors d'une restauration, on ne sait jamais ce qui s'est passé avant! Et à posteriori, je sais que"Julie" a eu une vie mouvementée!


   La boite de vitesses de "Julie" est une boite de type 3... 3 vitesses dont une première non synchronisée
   et une marche arrière... il faudra un bon décrassage!
Ces boites de vitesse sont parait il, increvable...J'espère qu'elle est en bon état... imaginez que ce ne soit pas le cas, et qu'après remontage..

Y a t'il un moyen de vérifier sans démonter?


    La suite prochainement...
   

Retour en haut de la section
Retour au Menu principal




La dernière mise à jour de cette page date du 07 juillet 2018 16:46