Restauration de "Julie", une 4cv de Mai 1950.

 




12 Tôlerie

  "Julie" est revenue du sablage. Elle a perdues ses 4 portes , mais dans sa tenue "d'apprêt", elle parait déjà beaucoup mieux.... enfin disons plutôt qu'elle fait meilleure impression! le sablage a permis de débarrasser la caisse de sa peinture, d'une partie de la rouille, des enduits, blackson et autres cache-misère. Mais le sablage ne fait pas tomber les traces de colle, de caoutchouc, de graisse solidifiée...
   Pendant cette section, vous pourrez suivre mes découvertes et ce que j'ai appris à faire pour "exterminer la rouille".
   En coloris "prune" les chapitres non traités.




La Soudure MIG au gaz


   La tôlerie...
   Si on m'avait dit qu'à 65 ans je devrais me mettre à apprendre à souder, j'aurais ri sous cape...
   Quand Julie est rentrée de chez le sableur, elle me paraissez toute belle!
   Et je ne m'imaginez pas que j'allais me retrouver avec 6 mois de travail...


   L'arrière semblait dans un état correct...
   Certes la jupe arrière était assez cabossée, mais cette partie était invisible derrière la plaque d'immatriculation
   Et je n'avais pas l'intention de faire le carrossier sur toutes les parties invisibles.
  Je n'avais pas non plus la prétention d'apprendre en quelques semaines le travail d'un bon carrossier et celui d'un peintre ...


   Mais l'avant de Julie laissait prévoir autre chose que du rebouchage au mastic...
   Les tôles étaient "en dentelle" et au fur et à mesure que j'ai regardé en détail, j'ai découvert des dégradations de la carrosserie si importantes qu'il m'a fallu essayer de trouver des solutions.
   Je ne pouvais pas confier à un professionnel un travail aussi important. trop cher!
   Je ne pouvais pas non plus acheter une nouvelle caisse en bon état...


   La seule solution était là !
   La 4cv est une voiture monocoque, sans châssis, assemblée par soudure électrique par points
La majorité des tôles sont des tôles fines de 0,8 et 1mm et ce n'est pas avec une poste à souder à l'arc des années 1980 que je pourrais m'en sortir.
   Les avis sur le forum étaient sans appel : seul un poste à souder de type Mig ou Mag permet ce genre de travail...


   Et ce poste à souder fonctionne avec des bouteilles de gaz, ni propane, ni butane, mais des bouteille Argon +CO2...
   On peut choisir un modèle d'entrée de gamme et faire des soudures sans gaz, mais la qualité du travail n'est pas la même et les temps de finition sont beaucoup plus longs.
    J'ai donc choisi un Modèle gaz et no-gaz de 160A pouvant fonctionner en monophasé...


   Mais quand on veut s'équiper , il y a un quelques accessoires indispensable...
   La bombe de déperlant est le produit incontournable car il empêche que les projections de soudures ne collent sur les tubes et les buses.
 


   La pince pour couper le fil et nettoyer la buse...
   Vous devez l'avoir TOUJOURS à portée de la main et vous devez ajuster la longueur de fil à la sortie de la buse assez souvent
   Mais je ne vous ai pas expliqué le principe : la soudure se fait avec un fil de 0,6 à 3mm en fonction de l'épaisseur de tôle à souder.
   Lors de l'arc électrique, le gaz produit une chaleur d'environ 5000° qui provoque la fusion du fil et de la tôle...
   C'est donc de la vitesse d'avancée du fil et du temps de soudure que dépendra la qualité de soudure!


    Et je peux vous dire que les débuts ne sont pas évidents...
    Mais les progrès sont rapides dés que vous avez compris le fonctionnement
   Avant de commencer à souder, j'ai fait quelques essais dont voici le résultat... pas terrible! et vous pourrez voir que la progression a été longue, mais qu'à la fin, je sais souder la tête en bas dans des positions très inconfortables...


   Et le travail de tôlerie est simplifié car vous pouvez acheter des tôles préformées prêtes à l'emploi...
   ... enfin presque, car il faut retoucher la plupart d'entres elles!
   Et pour les opérations les plus délicates, il n'y a que vous, votre imagination, la plaque de tôle et la cisaille...
J'ai été obligé de remplacer une vingtaine de morceaux de tôle!


   Enfin et avant de commencer, la protection indispensable du soudeur...
   Le masque! celui ci fonctionne avec des piles et dès que l'arc est déclenché, le verre se fonce automatiquement.
C'est le moment de parler d'une difficulté inattendue à surmonter. Vous portez des lunettes, verre progressifs... si vous soudez sur table, pas de problème, quoi que les lignes soient cintrées,  vous les gardez sous le casque.
   Mais quand vous soudez plié en deux, couché, rien ne va plus: il faut poser la buse et son fil à un point précis à 50 cm, vous avez du mal à apprécier la distance! Et il y a des moments où votre position vous interdit de regarder dans le bas des verres...
   Mieux vaut alors une paire de lunette de bricolage à verre large et avec un grossissement qui correspond à votre vue x1,5 x2 x3...

Retour en haut de la section
Retour au Menu principal





Le Coffre avant et caisson à batterie


   Le coffre avant, avant démontage : c'est ici que l'on trouve la roue de secours, le bocal en tôle de liquide de frein...
   Et la batterie.
   Sur la photo le couvercle métallique du coffre à batterie, fixé latéralement avec deux ressorts...


   C'est donc ici que j'ai commencé.
   Le coffre avant des modèles millésime 1948 à 1953, est équipé d'un caisson pour la batterie 6 volts.
   Le fond du coffre laisse entrevoir des trous importants..


   On voit bien sur la partie gauche du coffre des pattes de fixation, l'une sans doute pour un cric ou une manivelle, l'autre pour fixer un câble...
   Pendant toutes les opérations de tôlerie, il faudra faire attention à toutes ces pattes et autres inserts, car il est toujours plus facile de les souder sur les pièces de carrosserie avant la mise en place par soudure.
   Toutes les boursouflures que l'on voit sur la tôle sont soit des traces de rouille, soit des traces de graisses... sous la couche d'apprêt!


   Au fond du coffre, une patte qui doit servir de support pour la batterie. le fond du coffre était ajouré pour laisser passer l'air... et l'eau hélas!
   Toutes les 4cv de ces années sont très attaquées par la rouille à cet endroit...
   


   La première chose à faire est de démonter le coffre à batterie. Il est soudé par 6 pattes à l'avant. et soudé sur la tôle du fond.
   La tôle avant est en un seul morceau et le trou est prévu pour faire refroidir la batterie...
   Pour démonter le coffre, il n'y a pas d'autre solution que de dépointer les pattes, les replier à l'intérieur et tirer sur le coffre en le pliant un peu pour l'extraire!...
DEPOINTER... vous verrez un peu plus loin!


   Pour refaire la partie avant "en dentelle", ma première épreuve de tôlerie, il faut découper la partie de la tôle à remplacer en laissant juste une bande de 2 cm pour pouvoir fixer en haut la nouvelle tôle.
   On voit bien que cette tôle n'est pas adaptée
- les nervures ne sont pas les mêmes, le diamètre du trou n'est pas le même
- il n'y pas pas de passage pour les pattes du coffre de batterie
- les bords droit et gauche n'ont pas la même inclinaison
- Le bas de la tôle est légèrement cintré : déformation au moment de l'emboutissage.


   Pour découper avec précision, il n'y a qu'une solution : un petit outil avec un disque qui tourne à 10 000 tours/par minute...
   Dremel est vraiment le meilleur, d'autant plus que vous pouvez travailler avec un flexible...
J'ai fait ce petit investissement indispensable et je ne le regrette pas...


   J'ai découpé le nez et la tôle du dessous sans difficulté...
   Vous voyez de chaque côté l'extrémité avant des deux longerons. C'est sur ces deux longerons que sont fixés tous les éléments importants de carrosserie.
   J'ai découpé la tôle du dessous juste sous la soudure arrière, ce sera plus facile de dépointer proprement quand l'avant sera retiré
 


   Voilà la découpe de la tôle du fond...
   En dessous la traverse avant sur laquelle sont fixé les deux demi-trains avant et la crémaillère.
   Mais vous avez ici le premier exemple des limites du sablage: le sableur ne peut pas accéder avec son pistolet dans ces endroits et la rouille qui aurait dû être grattée et brossée à la main a été recouverte d'apprêt phosphatant!  J'ai passé une centaines d'heure à gratter, et traiter les emplacements ou l'apprêt phosphatant a été pulvérisé sur des zones non préparées.


   Voici les deux tôles par terre... Certains margoulins du net ne se gêneraient pas pour passer une annonce du genre " Vends tôles de 4cv état d'usage"
   Le plus dur reste à faire: dépointer et faire sauter toutes les pattes et faire disparaître la rouille.
On ne peut pas souder sur des tôles rouillées !


   Et ce n'est pas compliqué : voici le coffre et les tôles découpées:
   Tous les endroits où il y a de la rouille sur les pièces, correspondent à des endroits ou il y a encore de la rouille sur la caisse!
   Et à certains endroits, la tôle est tellement rouillée qu'elle n'existe plus!


   Regardez le coin de sortie du longeron gauche.
   Toutes les vieilles tôles doivent être dépointées, arrachées proprement du châssis et il faut ensuite brosser le châssis pour mettre le métal à nu.
 


   Voilà le résultat après plus d'une heure de bataille...rien que pour ce petit coin
   Forets, pinces, ciseaux à bois, brosses métalliques circulaires, brosse à ailettes, brosse à main...
gants et huile de coude...
   et avant soudure, il faudra faire disparaître toute trace de rouille à l'acide phosphorique.


   La tôle arrière, celle qui monte de la tôle du fond pour aller jusqu'au tableau de bord
   J'entends déjà les anciens du métier penser tout haut : "Mais il y a encore de la rouille"
Oui... mais il y a des moments où il faut choisir. Ou on laisse un peu de tôle légèrement piquée, ou on continue de gratter!
Et dans ce cas, il n'y a plus de tôle, plus de châssis, et il faut retrouver une caisse en bon état!
Dans cette situation, heureusement, nous avons trois alliés : l'acide phosphorique, Rustol Owatrol et Frameto ! Mais à l'endroit des points de soudure seulement l'acide phosphorique!
Et dans le cas présent, le bas de la tôle est tellement en mauvais état que 30 cm de la bande  de jonction ont disparu. il me faudra donc fabriquer une cornière de renfort pour prendre cette tôle en sandwich...


   Occupons nous d'abord des pattes... celle qui doit supporter la batterie.
   Découpage dans la vieille tôle à la cisaille
En restauration, tout ce qui peut être fait à l'établi va plus vite que sur la voiture...


   La patte de fixation numéro 2 ...
   Je ne sais pas à quoi elle sert, peut-être à supporter le câble qui part de la batterie vers l'arrière...
Pas d'importance... il faudra la remettre là où elle était!


   C'est le moment de parler un peu du dépointage qui consiste à faire un avant trou à l'endroit de chaque point de soudure avant de séparer les tôles. On voit bien les 4 points sur cette photo. les deux du bas ont été "dépointés".
   Le dépointage se fait toujours sur le point de soudure et du côté de la tôle à remplacer!
   La localisation des points ne se fait pas toujours facilement, et souvent pour aller dépointer, on ne peut pas accéder avec une perceuse. Mais il faut dépointer... ou casser!
on vend des forets à dépointés, mais il ne peuvent travailler que perpendiculaire à la soudure et quand vous avez dépointé 10 soudures, il faut les affûter! Alors, c'est le moment d'apprendre à affûter à la volée sur la meule du touret! et ça va aussi bien avec des vieux forets courts affûtés par vos soins! car l'angle des affuteuses de forets pour bricoleur ne convient pas. L'angle de pointe doit atteindre 150/160°.
    Pour dépointer, il faut juste retirer l'épaisseur de la tôle que vous voulez remplacer et pas plus, car si vous perforez les deux tôles, vous devrez souder sur... rien !


    A l'endroit ou vous avez dépointé, il faut séparer les tôles. J'ai utilisé de vieux ciseaux à bois sans manche...
    Avec une massette, côté plat posé sur la tôle à préserver, et vous tapez par petits coups : la tôle à faire sauter se détache.
Si ça ne vient pas, c'est que le dépointage n'a pas été fait au bon endroit, reprendre avec un petit coup de foret. Le dépointage se fait en général avec un foret de 6mm, mais dans certains cas il faut un peu plus large....


   L'état à l'intérieur de la patte se passe de commentaire. Vous voyez que le dépointage a attaqué la base de la patte. Le doigté viendra avec la pratique.
   Vous savez déjà que tous ces endroits très attaqués devront être traités en conséquence, et bien préparés si vous devez souder à cet endroit!


   Il est préférable de traiter toute la pièce avant mise en place: brossage, traitement à l'acide phosphorique...
   Dans ce cas, il faut traiter, laisser agir, rincer, essuyer, sécher...
Il faut donc planifier ses travaux avant pour ne pas perdre de temps: il m'est arrivé plusieurs fois d'être obligé de stopper mes travaux parce que les traitements, l'apprêt ou la peinture n'étaient pas secs...


   Les premières soudures : pas terrible, hein... mais il ne faut pas se décourager. Le compromis entre le réglage de l'avance, le réglage de la puissance et le temps de soudure est délicat à trouver au début !
   
Le plus important à ce niveau, ce n'est pas que la soudure soit belle, c'est que la soudure soit bonne!...


   Et là au dos de la tôle, on voit que la soudure a bien traversé le métal...et sans faire de trou.
   
Par exemple, sur la soudure du bas, le temps de soudure a été un peu trop court. Le fait de commencer par les bricoles est sécurisant, avant de s'attaquer au pièces importantes : il ne faudrait pas perdre une aile en route!


   La mise en place des pièces au moment de la soudure est aussi importante. Les deux tôles doivent être bien en contact...
   Quand on peut boulonner provisoirement, ou mettre une pince ou un serre-joint, c'est plus facile
Mais quand c'est impossible, il faut trouver des solutions. Si on peut avoir un coup de main, ça va mieux avec 4 mains que deux! l'un peut appuyer avec un tube à côté du point de soudure pendant que le soudeur fait son point......


   Regardez ces 4 soudures au verso : elle sont correctes mais il manque un peu d'intensité parce que la tôle de la patte est plus épaisse que les précédentes pattes.
   
On voit en haut à gauche que le fil de soudure de 0.8 a mal fondu... Dans ce cas, il faut brosser et reprendre le point...


   Dans certains cas, on peut reprendre la soudure au dos de la tôle : c'est ce que j'ai fait en augmentant l'intensité...
   
   Les soudures commencent à ressembler à quelque chose...


   Ici c'est encore une patte, très fine... donc baisse de l'intensité. Maintien avec un petit serre-joint
   
Ces pattes recourbées servent à maintenir en place les câbles du faisceau  électrique...  il y en a un peu partout. Il faut donc penser à les démonter et à les ressouder car quelque fois, l'accès devient difficile


   Dans de nombreux cas, il faut percer un trou avant chaque point de soudure. La soudure a bien traversé...
   Les pattes de fixation font 0,6mm : avec une telle épaisseur, c'est difficile d'avoir une belle soudure "traversante".


   Pour la cornière de renfort, un morceau de tôle de 0,6mm d'épaisseur, 70 cms de long et 5 cms de large...
   Découpe à la cisaille, ça va tout seul... c'est moins facile quand les tôles sont larges et plus épaisses!
... mais en général les épaisseurs de 0.8 et 1mm suffisent.


   Pour renforcer les soudures de la tôle de fond, je dois souder sur les deux côtés de la cornière, donc perçage des trous avant formage!
   Quand l'une des deux tôles est très abimée ou amincie, il vaut mieux souder aux emplacements les plus épais. et côté tôle saine juste au bord du trou, sinon la tôle la plus fine risque de disparaître...
 


   Le pliage de la tôle se fait sans problème dans l'étau...
   Maillet et cale en bois pour ne pas marquer.
 


   Et voilà la tôle prête à être mise en place...
   Nous allons pouvoir souder la tôle du fond...
Mais attention : toutes les tôles neuves doivent être dégraissées avant soudure avec un dégraissant métaux.
   Dans les rayons bricolage, elles sont vendues en bandes de 20 cm ou 50 cm, longueur 1m et emballée sous film : le graissage leur permet de ne pas rouiller et de rester présentables en rayon!


   Attention lors de l'achat des tôles de re-fabrication, il y a souvent plusieurs modèles... et on veut vous vendre une tôle qui est censée aller partout, mais qui ne sera pas adaptée à votre modèle s'il est antérieur à 1954..
   Jusque 1953, la batterie était placée à l'avant...
   Regardez la patte où est placé le serre-joint : "Julie" est une hybride 1949-1950, côté gauche 1949 cric à bouteille, côté droit 1950 cric losange...


   Essai de mise en place de la cornière de renfort...
   L'ami du soudeur est la pince étau : elle permet de serrer les tôles comme il faut
Il existe depuis peu de petites pinces très pratiques pour aller dans les coins pour serrer les tôles fines


   En général, lorsque vous soudez une pièce importante, vous faites un point de soudure à une extrémité...
   Puis vous contrôlez la position de la tôle à l'autre extrémité
Si ça n'a pas bougé, vous "assurez" toutes vos pinces et vous soudez l'autre extrémité. Si tout est ok, vous finissez vos points...


   A certains endroits, il faudra utiliser des serre-joints de menuisier...
   Et par moment, nous sommes obligés de déplacer une pince à chaque fois pour la positionner à 1cm du point.
On peut alors appuyer le côté du nez de la buse sur le nez de la pince et souder avec plus de précision...


   Soudures des pattes latérales côté roue...
   La tôle du passage de roue est fine, tordue et les soudures prennent difficilement...
le problème cette fois est une masse insuffisante : il faut mettre la pince "masse" sur de la tôle nue le plus près possible du point de soudure.
   Je n'ai pas assez dégarni l'apprêt phosphatant autour des soudures et les contacts ne sont pas super...


   Mais les soudures face intérieure sont correctes.
   Les problèmes de masse sont fréquents quand on a pas les "bonnes pinces de carrossier"
   En général, quand le fil crépite au moment de la soudure, il y a un problème de masse ou d'intensité.
  Et quand le fil se colle, avance et repousse la buse du pistolet... c'est que vous avez oublié d'ouvrir la bouteille de gaz!


   Quand tout va bien, voilà la tête des points de soudure...
    Il n'y a même pas besoin d'un coup de meuleuse...
 


   Une dernière photo du raccord entre la tôle fond avec la tôle avant 2 jours seulement après soudure le 23 juin 2016...
   La rouille a déjà repris son travail.
Alors pour ces cas ou le joint entre les tôles n'est pas terrible, quand la couche d'apprêt ne peut être passée tout de suite, une seule solution : une pulvérisation de rustol owatrol sur la rouille naissante!


   Il faut maintenant mettre en place la tôle avant : les nervures ne sont pas les mêmes, elle ne collent pas du tout à la partie haute...
   Et problème majeur, le serrage n'est pas possible avec des pinces.
   Enfin, il faut penser à découper des "ouïes" pour la passage des pattes du coffre à batterie!...


   Les pattes de fixation latérales ne collent pas non plus...
   Et il faut découper le passage des fers de fixation du pare-choc avant( au moins 12mm de passage!)
 


   La vue du dessus est encore plus explicite...
   Si je serre la nouvelle tôle sur l'ancienne, la patte d'extrémité (en haut sur la photo) va s'écarter...


   Commençons par dégarnir les tôles à l'emplacement des soudures...
   L'apprêt phosphatant " No-zinc"  de Dupont utilisé par le sableur a deux avantages :
   - Le premier, c'est que la protection permet de protéger la tôle pendant toute la période de restauration dans un garage abrité et aéré.
   - Le second, c'est que lorsqu'il a été fait sur de la tôle bien traitée, il a un pouvoir adhérent tel que les brosses métalliques ne peuvent l'attaquer. Il faut donc utiliser des disques souples ou à lamelles...


   Après avoir découpé à la Dremel le passage des fers du Pare-choc, et avoir meulé tout le pourtour intérieur et extérieur, je m'aperçois que la patte inférieure de la tôle s'est cintrée de plus d'un centimètre sur toute la longueur.
   Il est impossible de découper les "ouïes" avant mise en place définitive de la tôle, mais il ne sera pas facile non plus de faire rentrer le coffre à batterie dans les "ouïes", puisqu'il s'appuie sur la tôle arrière!
 


   Après serrage avec les pinces, soudure de la patte inférieure et des pattes latérales...
   La qualité de mes soudures s'améliore tout doucement.


   Pour mettre en contact la nouvelle tôle sur l'ancienne aux endroits ou le serrage est impossible, j'ai recours à la pose de 4 rivets pop....
   Mais l'usage du rivet pop est déconseillé en restauration. Leur usage n'est donc que provisoire, le temps de faire les soudures à proximité
   Il faudra les retirer et boucher les trous par apport de matière : on appelle cette technique le "bouchonnage" qui consiste à déposer des petits point de de soudure sur les bords, puis à les recouvrir par d'autres petits points de soudures jusqu'à ce que le trou disparaisse.


   La mise en place de la tôle est terminée... il faut maintenant adapter le caisson batterie
   La seule solution est de mesurer l'emplacement des pattes et de reporter sur la tôle.
 


   Découpe des ouïes à la Dremel pour passer les pattes de fixation du caisson...
   


   Voici le caisson. Il est "posé" sur la tôle du fond et emboité dans la tôle avant...
   L'arrière n'était pas soudé quand j'ai démonté le vieux.
 


   A l'origine les pattes du caisson étaient soudées sur les pattes de découpe de la tôle avant...
   La tôle avant était formée et découpée sur estampage sur presse. Reproduire les découpes arrondies est sans doute réalisable, mais avec beaucoup de temps et de patience.
Le caisson devait ensuite être soudé sur l'avant et l'ensemble mis en place sur la caisse.
En haut, le trou est destiné au passage du câble de la batterie 6 volts.


   L'arrondi du bas du coffre ne correspondant pas du tout à l'arrondi du bas de la tôle avant
Relevé de l'arrondi avec un carton, et traçage du bas de la tôle pour découpe
   


   Pour ne pas déformer et bien respecter l'arrondi, je préfère découper par petits morceaux...
   
Découpe en ailettes, ce qui permet d'avancer plus facilement avec la cisaille au plus près du trait.


   Il faudra raccourcir la patte inférieure, préparer les deux côtés et faire un montage à blanc
   
 


   Perçage des trous de soudure. Il y a deux rectangles emboutis sur l'arrière, un autre sur le côté...
   Je perce des trous sans vraiment voir leur utilité puisque l'arrière du coffre ne touche pas tout a fait la tôle du fond
Un premier essai me confirme qu'il est impossible de faire entrer les deux pattes inférieures dans les ouïes par manque de recul.
Je les plie donc et elle seront soudées à l'intérieur. Tant pis pour les fentes...


    Il vaut mieux traiter le caisson à l'acide phosphorique avant la pose...
   


   Mise en apprêt de l'arrière du caisson...
   


   Même chose pour la tôle du fond et de la tôle arrière en faisant des "réserves" aux endroits de soudures...
   


   Il faut forcer pour mettre en place le caisson ...
   Les soudures prennent bien, l'adaptation est correcte.


   Reprise de certaines soudures, bouchonnage des trous de rivets...
   Meulage grossier : ces parties de tôlerie invisible ne sont jamais très esthétiques, et je préfère laisser un peu trop de soudure que de les affaiblir par meulage.
Je colmaterai les deux ouïes inutiles au mastic...


   Les soudures des pattes intérieures ne pose pas de problème et mon arrondi de bas de caisson est correct...
   Reste à souder le caisson sur la tôle du bas
 


   C'est dans cette situation qu'il nous manque une main...
   Il faut appuyer sur la patte en tôle avec un tube en ferraille car on ne peut pas mettre de pinces. Et les soudures prennent mal!
et lorsque le temps de soudure est trop long, les trous viennent vite...


   Voilà l'avant après masticage et une bonne couche d'apprêt...
   La couche de peinture de finition sera donnée quand toute la tôlerie sera terminée
L'étape suivante sera la réfection de l'intérieur de l'aile avant droite...

Retour en haut de la section
Retour au Menu principal





Remise en état du coté droit


    Passons maintenant à la partie la plus importante, et souvent inévitable quand les 4cvs n'ont pas passé leur vie bien au chaud dans un garage.
    La partie avant droite ou gauche de chaque côté du plancher. Il y a de chaque côté 1 angle, 2 triangles et un bas de caisse
    Ce qui fait 8 pièces de tôlerie. La facilité c'est de mastiquer les triangles dessus et dessous, et comme le seuil qui va de l'avant vers l'arrière cache le bas de caisse, on ne voit pas si il est perforé!
    Ni connaissant rien en tôlerie, je trouvais tout de même dommage, tout étant démonté, de ne pas aller "chasser" la rouille dans ses moindres recoins. La suite en photos...



   Voilà le triangle supérieur droit avec sa trappe destinée à ouvrir ou fermer l'arrivée d'air chaud
Elle est perforée un peu partout, mais il y a surtout un gros morceau de mastic dans l'angle en bas.
   La petite plaque avec une vis devait servir à fixer l'habillage du bas du passage d'aile
 


   Le démontage se fait toujours de la même manière : repérer les points de soudure, dépointer, séparer les tôles.
   Et là, le bas de caisse étant très perforé, il est plus facile de le retirer pour extraire les triangles.
Il vaut mieux laisser en place le T inversé du montant sur lequel sont fixées les portes et donc découper le bas de caisse juste avant l'arrondi.. Quand le triangle du haut est retiré, il faut démonter l'angle du coin car il n'est pas récupérable


   Voilà le dessous de bas de caisse : il est bien attaqué, mais il tient encore
   Et vous pouvez observer les deux "inserts dans le quel vient se fixer le "seuil"
Il faudra donc les récupérer et les remonter sur le nouveau bas de caisse.


   Voilà le triangle démonté avec sa trappe et la barrette.
   On voit au niveau de la trappe un treillage métallique dont l'usage devait être peut-être d'empêcher des rongeurs de pénétrer, on de ne pas laisser tomber ses clés dans le trou par inadvertance...
Je ne les ai pas démontés car ils aurait été irrécupérables...la trappe sera fermée!


   Voilà l'emplacement dégagé...
   
 


   Et comme le mastic le laissait supposer, dans le coin de l'angle et l'arrondi du passage de roue : le trou!
   Le remplacement de l'angle ne résoudra pas le problème, c'est le conduit d'air chaud qui est perforé
Je ne visualise pas encore ce qu'il faudra faire!


   L'angle avant retiré, on s'aperçoit que tout est délabré
   Quand le triangle inférieur, le bas de caisse et l'angle avant seront remplacé, j'y verrai plus clair!


   On voit bien sur cette photo que le l'intérieur du longeron est resté relativement propre par rapport au reste
   S'il avait été perforé, la caisse était morte. Car les longerons sont l'ossature de la 4cv.
Toute la coque est assemblée autour des longerons...


   La rouille a pris ses aises depuis 60 ans
   Les pseudo-restaurations précédentes n'ont été que superficielles et n'ont pas permis de stopper la rouille.
J'ai pu constater que les 10 derniers centimètres de la pointe dues triangles ne sont pas soudés, ce qui peut expliquer les pénétration d'eau à ce niveau


   le coin avant gauche est en meilleur état
   On voit déjà sur la gauche une fixation d'aile découpée à la cisaille qui peut laisser suppose qu'elle n'est pas d'origine
La Conduite d'air est déchiqueté, mais l'ensemble tient encore


   Le trou de la conduite d'air et facile à boucher
   Les triangles à gauche semble en bon état
J'espère ne pas avoir à les remplacer... mais nous verrons plus tard... retournons à droite!


   Le triangle inférieur démonté, je commence à me rendre compte que le travail à réaliser sera long et fastidieux
   J'étais parti pour remettre en état la direction et les freins et je me retrouve avec deux ou 3 ans de travail!
 


   Il ne reste plus rien...
   Je devrai tout reconstruire entre le longeron en bon état et la passage d'aile déjà très affaibli


   Voilà tout ce qui reste de la prise d'air entre les deux triangles.
Il faut avant tout, traiter la rouille partout,



   le triangle inférieur est en général plus touché que celui du haut
   C'est à cet endroit que viennent frapper les gravillons et les bavettes ne duraient pas 50 ans...


   Après avoir nettoyé et brossé les surfaces, le triangle neuf se met en place assez facilement
   Si vous devez changer la partie avant du plancher, il vaut mieux commercer par cela, le travail sur les triangles sera plus facile
Je ne l'ai pas fait car je ne pensais pas être obligé de changer le plancher et les deux triangles de gauche...
Il y a des trous sur les longerons; soit rond, diamètre 12/13mm soit rond, soit oblong 12/13mm x 20mm. ces bouchons ne se vendent pas dans le commerce, il faudra trouver une solution.


   Les soudures ne posent pas de problème car on peut mettre les pinces étau juste à côté du trou.
   Je les ai faites par le dessous
 


   Les soudures sont plus délicates car la tôle est plus fine et elle a été déformée
   Sur la photo, on voit un gros trou provoqué par l'arrachage du triangle supérieur et deux petits trous qui servent à la fixation du couvercle de la trappe d'air
    Avant de bouchonner un trou, il vaut mieux s'assurer qu'il ne sert à rien


   Pour la mise en place du triangle supérieur, nous avons deux guides : le longeron et les trous de la tôle avant du passage de roue.
   Mais il faut aussi s'assurer que l'écartement entre les triangles restera le même au moment du serrage des tôles pour souder...
J'ai mis une cale en bois entre les deux triangles...  Une règle en alu posée sur chant en travers de la voiture de gauche à droite permet de s'assurer de la planéité de l'ensemble


   On voit bien sur la photo les deux épaisseurs de tôles : 1mm pour le triangle, et 1,5mm pour le longeron
   Les pinces sont serrées, mais ça ne suffit pas parce que la patte du triangle a été pliée à plus de 90°
Dans ce cas, il faut frapper au marteau à côté des points de soudure pour redresser la tôle...


   La technique du martelage améliore les contacts et on apprend vite où donner le bon coup de marteau, avec la panne ou avec la table
   Les carrossiers professionnels disposent de toute une gamme de marteaux, formes, tas pour redresser, conformer les tôles.
 


   Quand on a le choix, il vaut mieux souder côté tôle fine.
   Les soudures sur les triangles sont invisibles, le meulage est superflu sauf si la soudure est beaucoup trop épaisse


   Je me suis aperçu que les dernières soudures dans la pointes avant du triangles étaient un peu faibles.
   Je les ai donc reprises : brossage et deuxième passage
Maintenant je sais que mon intensité était insuffisante: quand on fait son réglage, il faut faire la somme des deux épaisseurs à souder. Ici 2,5mm!


   Pour souder la patte avant du triangle supérieur sur la tôle du passage de roue, il n'y a pas d'autre solution que le serre-joint de menuisier et une calle en bois pour rattraper l'épaisseur du conduit d'air.
   


   Voilà un type de soudure un peu plus compliqué, faite sur tôle fine, abimée, côté passage de roue
   Pour éviter de faire fondre la tôle fine, je mets le nez d'un serre-joint en fonte qui va absorber une partie de la chaleur
... de temps en temps ça colle à la fonte, mais comme la surface du serre-joint n'a pas été préparée, il se décolle facilement.
Le trou de gauche est a faire de la même manière : on voit à travers le trou la patte du triangle...


   Cette soudure a été faite du mauvais côté, côté tôle épaisse
   La tôle fine derrière a fondu. Mais la soudure est bonne. Il faudra seulement reboucher...
 


   Voilà de dos de 3 soudures faites côté passage de roue
   On voit que la soudure a traversé la patte du triangle, juste ce qui faut.
Je sais qu'il aurait fallu augmenter juste un peu plus le temps de soudure, mais au risque de faire fondre la vieille tôle comme dans la photo précédente...


   Il faut maintenant reconstituer le coin avant droit: Quand le triangle du haut est retiré, il faut démonter l'angle du coin car il n'est pas récupérable .   Le triangle inférieur est bon à changer. On voit tout le sable qui s'est trouvé emprisonné au sablage. Il pénètre partout et il faudra tout faire pour le déloger avant de refermer...J'ai coupé la tôle malade du conduit d'air.
   Inutile de vouloir reconstituer à l'identique: il faut seulement refermer le caisson entre les deux triangles pour interdire à l'air chaud de sortir à l'extérieur quand la trappe du triangle supérieur est fermée!
Il ne faudra pas oublier de retirer la cale d'épaisseur en bois entre les deux triangles.


   Pour fermer le caisson, nous avons le bas de caisse et l'angle neuf
   J'ai découpé le bas de caisse pour obtenir un recouvrement de 2 cms côté montant de fixation des portes


   Il faut penser à récupérer les inserts sur tous les vieux morceaux de tôles. Ici, les inserts qui servent à fixer le seuil sur les bas de caisse
   S'il fallait "se facturer" le temps passé à ce genre de détails : découpe, décapage, traitement, brossage, perçage, soudure...
La facture serait salée


   Découpe des inserts : ces inserts sont des plaques de tôle avec douilles filetées dans laquelle viendront se visser les boulons de fixation du seuil
   Malheureusement, certains inserts ont disparu, mais on trouve assez facilement des inserts de 6mm adaptables dans l'ameublement


   Il faut monter le seuil pour positionner les inserts sur la bas de caisse
Percer pour chaque insert les deux trous pour la soudure.
   Il vaut mieux faire le montage à blanc des inserts avec un boulon et le mettre en place pour repérer l'emplacement exact au moment de la soudure
 


   Pas besoin de pince : le maintien de l'insert en place se fait tout simplement avec le boulon
   
 


   Soudures des inserts pas deux points
   
 


   Et là, il faut meuler les soudures pour que le seuil puisse rentrer en contact facilement avec le bas de caisse
   
 


   Le bas de caisse peut maintenant être mis en place.
   On a vu sur les photos précédentes que les bords du bas de caisse sont ondulés, ondulation provoquée par le formage du cintre à la presse.
Il faudra donc rapprocher les tôles à souder avec des pinces et au marteau avant de souder. Au niveau du raccord sur le vieux bas de caisse, il faut mettre un coup de cisaille au niveau du pli en haut et en bas, marteler et souder


    Les soudures côté triangle
    Dans le cas présent les tôles du triangle et du bas de caisse ont la même épaisseur...
Mais il vaut mieux souder côté triangle, ce qui évitera d'avoir à meuler les soudures du côté visible...


   Il faut maintenant reconstituer l' angle avant droit
   Le dépointage ne pose pas de problème. Mais l'angle neuf ne semble pas à dimensions
La patte inférieure semble plus courte.


   Le mieux est de superposer les deux pièces
   Le cintrage de l'angle est correct, il faut juste raccourcir la profondeur
La longueur n'a pas d'importance


   Traçage de l'angle avant droit
   et découpe
 


   Le montage à blanc permet de vérifier que l'angle s'emboite bien sous la vieille tôle
   Par contre, le retour sous le bas de caisse est trop court : il ne fait que 15mm alors qu'il en faudrait au moins 40mm.


   Les soudures ne sont pas terribles..., il faudra renforcer et recharger un peu
   
 


   Meulage des soudure car à cet endroit, il vaut mieux ne pas avoir de surépaisseur
   
 


  Insertion d'une plaque de renfort insérée entre l'angle arrière droit et la conduite d'air
   
 


   Reprise des soudures sur sur la jonction angle-bas de caisse avec la plaque de renfort
   
 


   La tôle de renfort après soudure côté porte.
   
Passons maintenant à la réfection du passage d'aile avant droit.  


   La photo en dit long. C'est sur cette partie de métal qu'est fixée l'aile avant droite...
   De la dentelle soudée sur de la dentelle et apparemment, dans le bas une pièce de tôle rapportée
La seule solution est de refaire totalement toute cette partie si je ne veux pas perdre une aile en route!...


   Toute la zone est mal en point...
   Dans la partie basse, vous pouvez voir une grosse plaque de mastic. l'angle avant droit sera à remplacer et les deux triangles doivent aussi être dans un triste état
Mais revenons à la fixation d'aile...


   Découpage de la tôle: ne sachant pas du tout ce qu'il y avait derrière cette tôle, j'ai pu identifier la présence d'une conduite d'air amenant l'air chaud au pare-brise pour le dégivrage.
J'ai pensé que je pourrais utiliser cette conduite comme support pour souder mes tôles de remplacement.
   Juste un coup de Dremel...


    ... en repliant la tôle, je découvre la conduite d'air dans un état acceptable malgré la rouille, et la tôle du fond en bon état...
   C'est sur ces deux pièces que je devrait souder.
    Reproduire l'arrondi qu'il y avait au départ me parait impossible: il s'agit encore d'une pièce emboutie. Je peux plier, je peux cintrer, mais pas faire les deux en même temps!


   Après découpe propre de la zone, je commence à entrevoir une solution acceptable...
   Refaire d'abord la partie "fixation de la tôle", et souder ensemble cette partie avec la conduite d'air et le fond
vous comprendrez mieux en images...


   La patte de fixation d'aile est composée de trois morceaux de tôle dont la partie haute est cintrée...
   Elle est découpée en tôle de 0,8mm et toutes les pattes de mise en place sont percées au foret de 6mm pour les soudures au MIG.


   Voilà le profil de la partie cintrée et dans l'étau la 3ème pièce : la partie basse...
   C'est sur la partie de tôle au dessus de mon pouce que viendra se fixer l'aile avant.


   Une autre photo montrant la partie pliée en forme de de "tenon" qui viendra s'encastrer en suivant l'arrondi.
   
 


   Mise en place de la partie cintrée...
   Vous imaginez qu'il a fallu quelque tâtonnement pour l'encastrer comme il faut sous la vieille tôle en forme de rainure sans que les pattes en forme de losange se superposent


   Soudure des 3 morceaux...
   Même processus : une cale en bois au dos, un serre-joint de menuisier et une douille pour rattraper l'épaisseur.
Pour chaque point de soudure, je dois déplacer le serre-joint et la douille. et enfoncer légèrement au marteau la pièce sous le petit rebord qui fait environ 1cm.


   Et voilà une photo vue du haut des 3 pièces soudées en place sur le fond...
   


   Et pour renforcer l'ensemble, reprise de toutes les soudures au verso de la tôle, côté habitacle.
   la première partie est terminée
 


   Il faut maintenant découper les tôles pour reformer l'intérieur du passage de roue.
   3 Tôles également mais elle viendront se superposer sur les 3 premières mais décalée pour que l'ensemble soit bien raide.
   La cisaille, je l'avais acheté en solde à Bricodépôt il y a 2 ou 3 ans, et je ne m'en été jamais servi!


   Toujours le même processus : traçage, découpe, pliage, ajustage en place et perçage...
   En commençant par la tôle du haut, puis celle du milieu et la dernière pour que l'ensemble soit jointif


   Les trois tôles étant mise en forme, mise en place pour essai...
   il faut penser que l'eau projetée par la rotation de la roue doit pouvoir s'évacuer vers le bas sans pénétrer entre les parties avant et le fond
Les joints doivent être le plus fin possible...


   Une autre photo du raccord des tôles...
   


   Avant de refermer l'ensemble, je me suis aperçu que le bas de la conduite d'air à gauche n'existait plus...
   J'ai donc ressoudé une rustine en tôle soudée par deux points en haut et deux points en bas, ainsi qu'une patte de renfort entre la partie du milieu et la partie basse
en bas à droite une grosse perforation. découpe de la tôle avant préparation des surfaces pour souder...


   Suite à de nombreuses discutions sur le forum, un soudeur de profession m'a dit que lorsque les tôles étaient préparées mais que la surface n'étaient plus très lisse, il valait mieux passer un coup de bombe de cuivre avant soudure.
   J'ai fait une recherche sur le net ... d'autres préconisent une bombe au zinc
   J'ai donc acheté les bombes et fait des essais...


   J'ai procédé à un essai de soudure avec bombe cuivre, bombe zinc et dégraissant...
   Même process, dégraissage préalable pour les 3 ensembles de pièces.
passage d'un coup de bombe à 25 cm sur les deux faces devant être assemblées


   Même conditions de soudure...
   Séchage 15 minutes, serrage identique et temps de soudure 1s .
 


   Résultat du test le haut cuivre, le milieu juste dégraissé, le bas zinc...
   Meilleure tenue à l'arrachage, le cuivre, bonne tenue pour les pièces seulement dégraissée
   Arrachage facile à la main pour le zinc...
   Par la suite j'ai acheté une autre marque de bombe de zingage à froid... même résultat.


   Pour le zinc le test n'est pas significatif : il est probable que je n'ai pas trouvé le bon produit. Si quelqu'un peut nous apporter cette précision, nom du produit et lieu de vente...?
   Pour le cuivre, le produit est à 99% de cuivre après évaporation du solvant, et il a fallu tordre dans tous les sens avant de séparer les deux pièces
  J'ai donc traité mes pièces avec ce produit...la deuxième tôle à partir du haut est la "rustine" en préparation ( voir photos précédentes).


   Le produit en bombe sèche en principe instantanément. il vaut mieux deux couches fines qu'une seule épaisse...
   Compte tenu de la période, j'ai utilisé un radiateur soufflant pour accélérer et parfaire le séchage avant de souder.


   Mise en place des pièces sur le châssis...
   Soudures sur la conduite d'air et sur le pourtour. Et j'ai rajouté une patte entre mes tôles du haut et du milieu
J'ai une soudure qui a percé dans la conduite d'air, mais tout tient comme il faut...


   Et voilà le nouvel arrondi sur lequel viendra se fixer l'aile...
   Comme d'habitude un coup d'acide phosphorique, essuyage, séchage
Pour sécher, j'utilise un décapeur thermique.


   avant de mastiquer, j'ai un morceau de tôle très abimé au niveau du longeron à la partie la plus basse...
   Dépointage, tronçonnage...
 


   Le longeron est un corps creux...la tôle est plus épaisse et la rouille n'est que superficielle
   Il ne faut pas rêver, ils n'étaient pas protégés contre la rouille et avec le temps, la rouille s'installe partout. on peut traiter ces corps creux


   Le morceau de tôle dans le passage de roue sur le longeron
   Il ne reste rien.


    Préparation de la surface pour soudure: rien n'est droit, tout est arrondi et cabossé, la soudure ne sera pas facile    j'ai profité de toutes les ouvertures pour traiter tout ce qui était accessible soit avec un kit Dinitrol : on pulvérise un produit liquide avec un pistolet de type peinture, Soit avec des bombes de Rustol Owatrol.
   


   La zone a été traitée et elle est prête à recevoir sa "rustine"...
   
 


   Lorsque j'ai voulu traiter l'intérieur du longeron avant de poser ma rustine, mon tuyau et sa buse Dinitrol n'ont pas pu aller plus loin que 10 cm vers l'avant...
   Et j'ai trouvé ce "tampon" de feutrine très compact.
Il servait à éviter que l'air chaud en provenance de l'arrière ne s'échappe vers le coffre avant.
 


   J'ai remplacé ce tampon de feutre par un Bloc de mousse Pe à cellules fermées, densité 100 kgs/m3 emboité en force.
   la mise en place est facile en tapant dessus avec une cale en bois et un maillet
 


   Gabarit carton, découpe de la tôle, cintrage...
   Et préparation de la tôle avant de souder : dégraissage et "cuivrage"


   Mise en place de la tôle : pour le bas pas de problème...
   Mais pour le haut, impossible de faire tenir un serre-joint à cet endroit
 


   Dans certaines conditions, il est impossible de tenir la torche d'une seule main pour faire les points exactement à l'endroit qu'il faut...
   Là ce n'est pas de cas : torche à main droite et tube à main gauche pour mettre en contact les deux tôles


   La mise en place est terminée. dans la partie basse, pas de problème pour souder...
   Dans la partie haute, j'ai fait une erreur. J'ai commencé par souder au milieu : et j'ai percé!
en bas, je soudais tôle de 0,8 sur tôle de 2mm environ ( longeron )... et en haut je n'ai pas réalisé que je soudais au dessus du longeron. 0,8mm sur 0.8mm! Et je n'ai pas baissé l'intensité!


   Voilà l'arrondi sur lequel se fixera l'aile avant. Il est donc composé de 2 épaisseurs de tôle comme à l'origine et j'ai pris soin de ne pas faire de soudures aux emplacement des trous de fixation....
 


   Après un dernier traitement au Rustol Owatrol, mastic polyester avec durcisseur, puis ponçage grossier, deuxième couche de mastic et ponçage fin.
   Il ne faut pas espérer à ce niveau avoir un aspect lisse
 


   Après le dernier ponçage, une dernière couche d'apprêt,
   Puis plus tard quand la tôlerie sera terminée, une couche de peinture glycéro noir brillant
Et enfin un revêtement anti-gravillon pour insonoriser et limiter les impacts...


   Masticage côté porte...
   En réalité, j'ai fait le masticage après avoir posé toutes les pièces de tôlerie, ce qui explique la présence de l'angle et des deux triangles neufs sur la photo.


   Une couche d'apprêt phosphatant à l'intérieur du passage de roue...
   


   ... et pour terminer même chose côté porte...
    le côté droit étant terminé, il faut passer au côté gauche...
    mais avant de faire quoi que ce soit d'important à gauche, il est impératif de voir si je peux remplacer le gond inférieur gauche

Retour en haut de la section
Retour au Menu principal





Remplacement du gond inférieur à gauche


   "Julie" a été accidentée. Plusieurs découvertes m'en ont donné la certitude.
   - le passage d'aile avant gauche a été remis en état de manière très sommaire
   - les deux portes gauches ont été enfoncées dans la partie basse
   - les inserts de fixation du seuil ont disparus
   - le gond inférieur du montant gauche est complètement tordu
   - les portes gauches fermaient mal. a force de les claquer, la tôle près de la serrure s'est fendue
   - les butées triangulaires des portes étaient très déformées
   
   Le redressage du gond, étant impossible, les instructions de service préconisaient de changer tout le montant! dans les années 1960, le service pièces détachées Renault vendaient ce montant.

   60 ans après, ce type de pièce de carrosserie est introuvable
   J'ai donc décidé de changer le gond et je me suis mis à la recherche d'un gond
   Un membre du forum, Theadjoint m'a découpé le bas d'un montant d'une caisse HS
    Je savais que cette opération ne serait pas facile... qui ne tente rien n'a rien!


   Avant d'intervenir sur quoi que ce soit, quand on n'y connait pas grand chose, c'est de se documenter.
   Personne ne savait comment étaient faits et monté ces gonds!
   J'ai trouvé dans la documentation que j'ai acheté des éclatés permettant de reconstruire un gond
   


   
   La partie 1 sur cet éclaté laisse entrevoir que tout est soudé sur l'arrière du montant et qu'il y a 3 épaisseurs de tôle sur l'arrière!
   


   Le gond tordu a été ressoudé en place sur le montant déformé.
   Le travail a été fait, portes montée en place
   


   Sur le côté, on voit bien que le montant lui-même a été tordu, voire arraché et ressoudé
   On peut voir sur la photo, les deux points de soudure haut, ce qui signifie que le gond n'a pas été démonté. En bas, il plus de points, mais une recharge de matière par soudure pour consolider le montant.
   


   Sur l'arrière, le montage est resté comme à l'origine, mais il y a eu deux traits de soudure juste sous le gond.
    au dessus sur le montant un trou de 12mm dont je ne connais pas l'utilité, peut-être pour accrocher le tirant de porte avant?
   


   Juste un petit rappel de l'état des charnières de portes de "Julie"
   Non seulement elles étaient ressoudées, tordues, mais en plus les bas de portes avaient été mastiquées
   Autrement dit , je n'aurais certainement pas pu utiliser ces portes
   J'ai mis 6 mois pour rassembler 4 portes correctes...


   Je suis passé chez Theadjoint le 20 décembre pour récupérer le morceau de montant qu'il avait eu la gentillesse de me préparer.
Il m'avait prévenu que l'état du montant était mauvais. Il me permettrait au moins de voir comment était fixée ce gond dans le montant.

   A cette époque, je n'avais pas encore trouvé la documentation... et je ne voyais vraiement pas comment c'était monté!
   


   Je pensais qu'il y avait un renfort de 4 ou 5mm dont le bord arrondi dépassait de chaque côté du gond.
   En tout cas, le gond n'était pas tordu et j'espérai bien pouvoir le récupèrer!
   


   l'intérieur du montant est bien attaqué... et tous les montants et corps creux des 4cvs qui n'ont pas été traités sont souvent dans cet état...
   Mais, je ne veux utiliser que le gond et une plaque arrière
   


   Le triangle du bas est en dentelle : le bas de cette caisse était pire que la mienne
   
   


   Le dos du triangle et du bas de caisse
   
   


   Mais il faudra faire avec. Première chose extraire le gond le plus proprement possible
   Je peux détruire tout le montant sauf le dos
   Dépointage, découpe e la plaque arrière et extraction par l'arrière


   
   Après l'extraction... l'arrière du montant. Deux traits à la Dremel  pour retirer 15mm et le reste est parti en lambeaux!
   


   Voilà la bête vue de l'arrière.
   le gond est fixé entre deux plaques de tôle fine
   


   
   Le gond vue de devant
   Les deux plaques de tôle sont pliées sur trois cotés et emboutie en forme d'arrondi sur l'avant


   Le gond vue de côté
   Les deux plaques sont soudées de chaque côté du gond
   et le montage des plaques était fait au gabarit, car le gond est légèrement incliné vers le haut.


   Maintenant il faut sortir le gond malade du montant de "Julie"
   Pas d'autre solution que la meuleuse de 115 avec un disque acier. D'abord le côté gauche.
   Je ne veux pas toucher aux côté du montant


   Même chose du côté droit...
   Mais le meulage ne suffit pas, il faut passer un coup de Dremel...
   


   Le dépointage au dos est moins facile
   J'essaie de retirer le moins de tôle possible de l'arrière du montant
   Quelques coups de maillet et le gond sort


   Voici le gond tordu
   Je suis surpris par la disproportion entre l'épaisseur du gong et l'épaisseur de la tôle du montant
   


   
  Et ici à côté de son remplaçant qui a eu la chance de ne pas se faire replier! 
   


   Je vais pouvoir maintenant utiliser le gond tordu pour voir comment les plaques sont montées de chaque côté
   On ne voit aucune trace de soudure sur le plat central...
   


   Mais après un passage prolongé à la brosse métallique, j'aperçois 3 points de soudure de chaque côté. Dépointage
   Le gond quant à lui est perçé de 3 trous de 3mm traversant sans doute utilisé dans le processus de soudure des pattes, mais je ne vois pas comment

   


   La patte dessoudée de Julie posée sur le gond de Theadjoint
   On peut déjà faire le compte des soudures

   - Soudures des plaques sur le gond : 6
   - Soudures du gond dans le montant :12
   - Soudures de la plaque arrière sur le gond :10, donc 28 soudures


   Sur le gond de theadjoint, l'une des patte en tôle est très dégradée
    je la mets à plat par martelage et découpe d'une nouvelle plaque neuve
   inutile de dessouder la partie centrale de la patte, je vais souder la nouvelle patte de fixation dessus.


   La patte découpée sera soudée alignée sur l'arrondi de la vieille patte
   Le gond sera preque neuf!
   


   
  Voilà ce que ça donnera vue de l'arrière. Il y aura juste une surépaisseur d'de 0,8mm qui permettra de bien brider le gond dans le montant 
   


   Avant de faire chauffer le poste à souder , il me fallait récupérer mes nouvelles portes.
   Elles ont toutes fait l'objet d'un décapage chimique et été mises en apprêt.
   Et il me fallait absolument pouvoir les positionner avant de souder mon nouveau gond
   


   
   La soudure dans l'étau c'est tout de même plus facile...
   Je n'ai pas hésité à charger en matière!
   Souder du 1mm sur du 5mm, c'est aussi plus facile que du 0,8 sur du 0.4 dégradé.


   
   
    Le nouveau gond est prêt à être inséré dans le montant


   
   Je vous passe les détails sur le passage de la brosse circulaire ou à ailettes sur toutes les parties qui seront en contacts au moment de la soudure. Je passe juste un petit coup de bombe cuivre pour faciliter les choses...


  Mise en place à blanc du gond avec une tige de 8 pour vérifier l'alignement.
   


   Au dos du montant tout est correct.
   La grosse difficulté de la mise en place, c'est qu'il faut monter les portes. Et quand les portes seront montées, les soudures ne pourront se faire que sur l'arrière des pattes
    .


   
   Essai de mise en place des portes... déjà le gond rentre bien dans les charnières des portes mais il faut les caler en bas de chaque coté .
   


   pour caler l'ensemble j'ai remis les deux butées de portes en les inversant pour soulever légèrement les portes
   
   


   
   Et des cales en plastique dures pour soulever les portes de chaque côté de manière uniforme, à l'avant de la porte avant et à l'arrière de la porte arrière
   


   Pose d'une sangle sur le montant central et les deux portes....
   
   


   ...Et sur la porte avant et la porte arrière
   
   


   Les portes sont bien calées
   pointage et perçage des trous avant soudure
   


   Soudure des deux pattes arrière, seul points accessibles quand les portes sont montées
   démontage des portes pour finir les soudures, le gond tient déjà bien à sa place
   


   
   Remise en place de la tige de 8 et vérification de l'alignement par rapport au montant
    Tous semble correct, je peux souder le reste


   
   Soudures des pattes sur le montant  par l'extérieur du montant et par l'intérieur
   


   
   Les pattes sont soudée. Mais de chaque côté du gond, il faut combler les vides laissés par le meulage des vielles soudures
   l'épaisseur du montant étant trop faible, il faudra remettre un plat en acier pour renforcer


   Meulage et reprise des soudures latérale pour obtenir une surface plate
   
   


   et même chose pour les soudures arrières car il faudra ressouder une plaque à l'arrière du montant
   
   


   Récupération d'une plaque sur le reste du montant de theadjoint. J'ai juste ce qu'il faut
   
   


   
   La plaque est légèrement soudée mais encore en bon état, elle fera l'affaire
   


   Mise à dimensions dela plaque à souder
   
   


   Aprés un bon décapage, brossage et préparation des surfaces, il n'y a plus qu'à souder : 10 points de soudure dont 4 sur l'arrière des pattes
   J'ai inséré le bas de ma plaque sous le reste du triangle bas
   


   Soudure de la plaque arrière
   J'ai rectifié un peu le cintre en haut du triangle avant de souder
   


   Meulage, reprise de soudure, cette fois le gond est bien en place.
   Il faut maintenant boucher les vides de chaque côté du gond
   


   
   Découpe d'une cale d'épaisseur de  45mm*30mm*3mm
   


   Et mise en place en force du côté droit et d'un morceau de tôle de 1,5mm soudé à l'intérieur du montant à gauche...
   voilà le gond en place après meulage. et je peux soulever la caisse avec le gond!

   


   Il me restera à mastiquer l'ensemble pour boucher les trous tout autour
    mais avant un bon coup de bombe Rustol Owatrol par tous les trous...
   on voit bien à droite le dernier renfort emboité en force
   Le masticage, le ponçage et la mise en apprêt seront fait quand toute la tôlerie sera terminée
   Passont maintenant à la remise en état de l'avant gauche....

Retour en haut de la section
Retour au Menu principal





Remise en état de l'avant gauche

 

   Je ne reprendrais pas en détail tous le démontage comme pour le côté droit, sauf ce qui me parait intéressant
   Avant de travailler sur les triangles avant gauche, j'ai mis mes nouvelles portes récupérées récemment chez le sableur en position pour m'assurer que tout va bien ...
   Le coin avant gauche n'est pas terrible!
   


   Et il n'y a pas que cela: le triangle supérieur gauche est perforé.

   Le triangle inférieur semblait correct, mais on verra sur le tas.


   Le montage dans les angles fermés est de type soudure écrasée...c'est jamais facile d'ouvrir proprement
   


   Découpe à la Dremel
   Les disques de 38 ne sont pas donnés, et ils s'usent très vite, mais ils permettent de faire des découpes très précises de qualité
 


   Dépointage de l'angle d'extrémité du triangle supérieur
   
 


   Dépointage du bas de caisse et du longeron
   
   La rouille est présente partout entre les tôles...


   Et côté roue, impossible de dépointer comme il faut, car il faut que la perceuxe soit perpendiculaire aux points de soudure, et il n'y a pas la place
   il n'y a que le ciseau à bois qui permet d'arracher les dernières soudures
   
  Toujours le plat de la lame du côté de la zone à préserver...


   Sous le triangle : 1 kg de sable, il y en a partout et il ne faudra pas oublier d'aspirer tout cela avant de refermer!
   
   Et vous n'aurait pas fini avec le sable. Le sableur vous en a laissé un peu partout dans des endroits inaccessibles et il faudra l'aspirer, le souffler  pour que tout soit disparu avant la mise en peinture!


   Et sous le sable... le triangle inférieur... il y a de la rouille mais pas de trop.
   
   Vous voyez sur cette photo qu'une partie du  plancher est manquante. Je n'ai travaillé sur le côté gauche qu'après avoir découper la plancher à remplacer...
   C'est beaucoup plus facile de souder les triangles quand le nouveau plancher n'est pas remonté. Et j'aurais dû remplacer mes triangles droits après avoir découpé mon plancher!


   Juste un bon coup de brosse pour voir  les dégats causés par la rouille
   
   seulement quelques trous...


   Mais avec une barrette de leds dessous, c'est clair, il  y a trop de perforations sur la droite et la tôle est trop affaiblie
   
    Tant que c'est ouvert, il vaut mieux tout changer... Le mastic à ce niveau n'est pas une bonne solution.


   La tôle du côté passage de roue n'a pas trop souffert du dépointage au ciseau du triangle supérieur
   
   Mais la zone en haut à gauche  confirme que ce côté a déjà été trafiqué par le passé...


    Cette fois ci je préfère souder tôle roue sur triangle car pour le côté droit, au moment ou je soudais, la tôle côté roue fondait comme du beurre...
   
   Le dépointage ne pose pas de problème.


   Le triangle inférieur tombe plus facilement, la tôle côté roue n'a pas trop souffert.
   
fin...


   Un petit coup d’œil côté angle gauche : un triangle en tôle qui n'existait pas côté droit!
   
 


   Toute la partie gauche est découpée ... je zappe sur le tronçonnage du bas de caisse
   
Les deux triangles, l'angle malade et une grosse partie du bas de caisse sont bon pour la casse...
Maintenant il va falloir reconstituer.


       Mais cette fois je me souviens que j'ai été pris la première fois, les angles fournis par Brano sont trop courts!
   
il manque environ 3cms


   Et à l'origine l'insert de fixation avant du seuil est soudé sur l'angle
   
   On voit ici que les boulons de fixation du seuil sont cassé dans les inserts...


   Je préfère donc laisser le bas de caisse aller jusqu'à la tôle de roue avant et c'est sur le bas de caisse que je soude l'insert...
découpe en gardant la partie basse mais en ouvrant la partie haute pour laisser passer l'air dans le conduit qui monte au pare-brise...
   
   Je ne vous détaille pas les opérations : mise en place, traçage, démontage, découpe, remontage, montage du seuil, positionnement de l'insert sur le bas de caisse, démontage du seuil, démontage du bas de caisse, traçage, préparation de l'insert, mise en place sur le bas de caisse, pointage, perçage des trous de 5mm, ( la photo!)...


   Préparations des surfaces en contact, perçage.... Et mise en place du triangle bas...
   
   Vous voyez  2 trous sur la pointe de l'angle sur la photo, je les ai perçés à l'emplacement d'une patte dont l'utilisation m'échappe... sans doute pour remplacer un insert manquant ...


   ça se présente bien... le repère de fixation du triangle du bas, c'est le longeron et le bas de la tôle de roue avant.
   
fin...


   Serrage et soudure du triangle sur le bas de tôle côté roue avant
   
   Il faut nettoyer les emplacement de soudure , serrer les pinces à côté de chaque trou et souder côté passage de roue...


   Et là, je vous laisse imaginer la scène, un vieux de 85 kgs allongé sous la caisse à 40 cm du sol, avec le casque de Dark Vador sur le crane, la torche à souder dans la main gauche et l'appareil photo dans la main droite...

   
Inutile de vous dire que j'ai fait 3 ou 4 essai avant d'avoir un cliché présentable...
Savez vous qu'avec ces appareils numériques à 50€, on peut retrouver toutes les caractéristiques du cliché, à condition de les avoir renommés.
     appareil canon powershot A560  focale 6mm    ouverture f 2.6  pose 1/60ème   flash auto...


   Les soudures sur le longeron
   
   Les longerons sont les pièces maîtresses de la carrosserie de la 4cv...
Sur la 4cv, ils sont constitués de 2 fers en U emboités et cintrés et soudés... tant que les longerons et les traverses ne sont pas touchés, on eput intervenir.
Dans le cas contraire, il vaut mieux s'adresser à un professionnel expérimenté! touchés


   Les soudures sur la tôle avant du passage de roue.
   
   Pour les triangles bas, si li y a 2mm d'écart sur la position, ce n'est pas gênant, mais il faudra que le triangle supérieur  et le bas de caisse soit parfaitement alignés avec le plancher...


   Mise en place sur le triangle inférieur de la fameuse patte avec un boulon récupérée sur le vieux triangle bas... avant la mise en place du triangle supérieur.
   les serre-joints de menuisier ça sert en tôlerie.
 


   Enfin pour renforcer la fixation du triangle, j'ai fait des points de soudure à cheval sur triangle et longeron.
   
   Au fur et à mesure que votre technique de soudure s'améliore, vous n'hésitez plus à faire des points de soudure supplémentaires... à l'origine les pointes des triangles n'étais pas soudées...


   Passons au triangle supérieur: celui ci est un peu plus compliqué à mettre en place car même en respectant l'écartement entre les deux triangles les repères sont imprécis: rien n' est de niveau. Et la mise en forme des bas de caisse Brano (fournisseur slovaque bien connu) n'est pas assez précise. Si on a le même U partout, les débords pour soudures sont décalés.
   C'est donc un compromis entre la mesure pavillon-bas de caisse, espacement des deux triangles et planéité entre dessus de la patte haute du triangle supérieur, les deux longerons et la patte haute du bas de caisse droit déjà soudé. donc le mètre et la règle!
   
 


   Donc soudure d'abord côté longeron, puis mise en place du bas de caisse
   
 


   Ensuite, soudure du triangle sur le bas de caisse
   
 


   Préparation de l'angle avant gauche...
   Après la soudure du triangle sur la tôle côté roue, il faut ajuster l'angle sur le bas de caisse
 


   Découpe et mise en forme de l'angle pour qu'il vienne se loger parfaitement sur le passage de roue avant et le bas de caisse
   


   J'ai récupéré tous les inserts fixés sur l'angle, le vieux bas de caisse
la récupération de tous les inserts, la découpe, le nettoyage, l'extraction des vis cassées, la préparation, le repérage pour la mise en place, la préparation du nouveau support et enfin la soudure prennent à chaque fois 20 à 30mn par insert...
   
  Vous comprenez pourquoi les restaurations peuvent durer 10 ans quand vous n'êtes pas en retraite et que vous avez des occupations professionnelles et des charges familiales...


   J'ai mis le vieil angle à plat au marteau pour repérer sur le nouveau la ligne de pliage...
il ne restait pas beaucoup de tôle
   
 


   L'ancien et le nouveau avant pliage
   
 


   "yapu K\D "
   Langage sms...

   Vous voyez que si je m'étais aligné sur le bas de la tôle de passage de roue, je me serais retrouvé avec un jour de plus d'un centimètre sous la porte.


   Les soudures de l'angle sur le bas de caisse
On voit bien les fameux inserts pour la fixation du seuil
   


   Les soudures  du triangle inférieur sur le bas de caisse.
   Vous voyez aussi les soudures de l'insert qui servira à la fixation du seuil...     Voilà le triangle les deux triangles gauche, le bas de caisse et l'angle avant ont été remplacés
Il reste à meuler, brosser, traiter, colmater au mastic, passer une couche d'apprêt et une couche de peinture!



   Juste un petit aparté sur la soudure au mig/ gaz que j'ai découvert il y a 6 mois.
   Quand on travaille sur de la tôle fine qui a perdu une bonne partie de son épaisseur et de sa résistance à cause de la rouille, c'est l'accumulation de petits détails qui permet de souder, même dans de mauvaises conditions.

   - ne pas oublier d'ouvrir le gaz.. pression entre 15 et 20 l/mn
   - les deux pièces à assembler doivent être brossées, exempte d'apprêt, de rouille, de peinture et dégraissées surtout pour les tôles neuves.
   - il est plus facile de souder la tôle la plus fine sur la plus épaisse que le contraire. La plus fine étant percée, on démarre la soudure en posant le fil qui sort de la buse au milieu du trou sur la tôle la plus épaisse avant d'appuyer sur le bouton de la torche
   - le réglage de l'intensité doit correspondent à ce qu'il faut pour la somme des deux épaisseurs. Moins c'est épais, plus le temps de soudure sera court, et moins l'avance du fil sera importante. à l'oreille, le crépitement doit être rapide et régulier.
   - le contact entre les deux pièces est indispensable. les pinces mises en place, il faut marteler sur la tôle percée! Quelquefois, il faut appuyer sur la tôle avec un tube d'acier à quelques minutes du point de soudure et ne relâcher que quelques secondes après la soudure.
   - la pince de masse doit mordre le plus près possible de la soudure à faire
   - Si l'une des tôles ne fait plus que 4 ou 5/10ème de mm, il faut réduire l'avance du fil et déposer un peu de soudure sur le bord du trou, 1/2 seconde, relever, refaire un point, etc... passer un coup de brosse et ensuite terminer au milieu en laissant un peu plus longtemps.
   - vous pouvez aussi serrer avec un nez de serre-joint en fonte juste contre le trou: la présence d'un morceau de fonte froide retarde la fonte de la tôle
   - si vous devez reprendre un point de soudure : coup de brosse métallique obligatoire avant
   - si vous devez recharger en matière, c'est à dire boucher un trou, réduisez l'intensité et l'avance du fil et déposer par points...
   - le passage d'un coup de bombe cuivre spéciale soudure facilite la fusion
   - la buse et le tube contact doivent être nettoyé très souvent avec la pince et un chiffon imbibé de déperlant... Le déperlant est indispensable si on ne veut pas que les projections de soudures s'entassent dans la buse.
Une soudure réussie doit traverser légèrement : vous devez avoir au dos une auréole , un bleuissement de la tôle et un point central marqué.


   Un nettoyage de la buse fait gagner beaucoup de temps...
    Il faut passer la pince à l'intérieur de l'orifice
mais aussi la traverser avec un tampon Jex vert ou autre et finir avec un chiffon imbibé de produit déperlant ( anti-adhérent silicone)


   Passons maintenant au remplacement du plancher avant...
   

Retour en haut de la section
Retour au Menu principal





Remplacement du plancher avant


   J'ai acheté un plancher neuf chez Brano... c'est le seul fournisseur spécialisé en tôlerie re-fabriquée à partir de tôle en bon état.
Non seulement la qualité est correcte, mais les prix sont très abordables et le port acceptable si vous regroupez vos achats.

http://www.renault4cv.eu/tolerie.htm
   
   


   
    Mais je ne me sentais pas capable de le changer totalement. Un membre du forum la-4cv-renault.forumactif.org m'avait poussé a le faire mais ... j'ai préféré ne changer que la partie malade perforée pour 3 raisons
   - la partie avant était en bon état sans perforations
   - je ne sentais pas bien le raccord du plancher sur la tôle avant le l'habitacle d'autant plus que la patte de soudure longitudinale est découpée à plusieurs endroits, et c'est assez inaccessible
   - l'avant du plancher est soutenu par une traverse et il y a deux pièces en tôle soudées sur lesquelles viennent se fixer le pédalier : je ne voulais pas dépointer cette traverse et ressouder dessus au risque de la déformer...
 


   La jonction entre la tôle qui remonte et la tôle de plancher se situe juste sous la traverse longitudinale et le plancher est soudé sur la traverse horizontale entre le ressort de la pédale de frein et le ressort de l'accélérateur.
   
   


   On voit bien ici les deux traverses sur lesquelles est soudé le plancher et entre lesquelles se fixe le pédalier.
   
   


   Pour découper le plancher, j'ai perçé des trous de 3mm à la limite des traverses, repéré le tunnel ou passe la tige de commande de la boite de vitesse.
   Découpe doucement à la dremel en laissant 2 cm sur tout le pourtour.
   Le nouveau plancher sera soudé sur les bordures.


  Le travail à la Dremel est très précis en utilisant un flexible. la poignée peut être tenue à deux mains.
On peut régler la vitesse et par rapport à une disqueuse, ça ne saute pas et les bavures sont insignifiantes.
   


   Voilà le planché découpé
   Vous avez remarqué que le vieux triangle supérieur gauche est encore là...
   J'ai découpé mon plancher avant réfection du côté gauche.
   C'est plus facile de travailler sur le longeron sans plancher... et je n'ai posé mon plancher qu'après


   La traverse transversale avant ébavurage
   
   


   Les deux traverses longitudinales entre lesquelles est monté l'axe du pédalier
   
   


   
   Voilà l'arrière du vieux plancher sur lequel reposera le nouveau
Remarquez le trou dans le longeron. c'est par là que l'on doit le traiter avant de remettre un obturateur. Il y a des trous de 12 et des trous ovalisés de 12*20.
J'ai cherché des obturateurs en caoutchouc pour des trous de 12mm. je les ai commandés et j'ai reçu des obturateurs en plastique qui ne tenaient même pas dans l'épaisseur de la tôle du longeron    


   Voici le longeron gauche de plus près.
   On voit bien partout les problèmes du sablage qui n'attaque pas les traces de colle et les mastic caoutchouc... le mien a fait fort, il a mis l'apprêt sur la graisse qui n'est pas partie au sablage! tout sera bon à gratter
   


   Le raccord entre le plancher avant et le plancher arrière.
ça boursouffle et on voit réapparaitre la rouille, il faudra gratter entre les deux avant de souder, pulvériser du Rustol après soudure, faire un joint polyuréthane et ensuite une reprise d'apprêt
   
   


   Voilà le dessous du planche découpé.
   Vous voyez la platine de renfort pour le levier de vitesse et le levier de starter. Il va falloir la récupérer pour la remettre en place sur le nouveau plancher.
   


   La platine est soudée par une dizaine de points sous le plancher
   Il va falloir aussi percer le nouveau plancher, penser aux passages des vis d'inserts
   


   Voilà maintenant le nouveau plancher Brano 95€ modèle sans renfort reçu le 15 juin 2016
   le 10 décembre, il était rouillé en surface recto verso: normal l'humidité dans un garage non chauffé en Sologne est souvent supérieure à 80%.
   Je l'ai donc traité le 15 décembre à l'acide phosphorique et laissée tel quel non lavé, non brossé. Les photos qui vont suivre ont été prises le 07 mars
   
   


   
   Trois mois après, la rouille recommence à sortir.
   


   Ici on voit même une trace de rouille qui semble avoir résister au traitement.
   C'est bien la preuve que le traitement des pièces et tôles à l'acide phosphorique n'est pas une protection. Le produit détruit la rouille mais ne la stoppe pas.
   Il faut donc brosser à nouveau toutes les traces de traitement en insistant sur les traces de rouille.
Le fabricant de l'antirouille Jullien, qui refuse de donner la concentration en acide phosphorique, préconise de laver le produit. Ne pas le faire! il y a une petite protection limitée dans le temps.
Mais de toutes façons, il faut brosser avant de souder.

   Les nervures du plancher neuf ne sont pas les mêmes. Il va falloir percer les trous, démonter les inserts cassés et ressouder la platine de renfort.
   
   


   Le mieux est de positionner le vieux plancher sur l'autre et de tracer
   Mais il ne faut pas oublier que le nouveau plancher doit recouvrir l'ancien de 2cm sur tout le pourtour!
   


   Pour percer les trous, j'ai bloqué les deux planchers ensemble avec une douille et deux boulons

   
   


   Les trous sont percés, je donnerai un coup de lime quand la platine sera mise en place sur la lumière de forme ovalisée
   
   


   Perçage des trous pour les inserts.
   Et là nous touchons au point le plus important : faire très attention au moment des perçage et découpe que le nouveau plancher soit dans le même sens!    
   Les nervures du plancher neuf sont bombées et les nervures du vieux plancher sont creuses.... donc les trous signalés par les flèches ont été percés au bon endroit!


   
  Dépointage de la platine : 14 points de soudure!
 
   


   C'est un peu le bordel sur la table. Tout doit être à portée de main...
   S'il fallait compter toutes les heures perdues à chercher tel ou tel outils !
   Comme nous sommes obligés de mener plusieurs chantiers en parallèle à des endroits différents, il manque toujours quelque chose!...
   Et personne pour vous tendre l'outil qui manque!


   La platine  est venue sans dégâts.
   Juste un peu de rouille superficielle et elle pourra être remontée sur le nouveau plancher.
   


   il faut s'occuper des inserts : découpe, extraction du boulon cassé et taraudage
   et comme il y en a un qui a disparu, il faut le refaire
   Un morceau de tôle d'1mm suffira
   


   Préparation de la platine et du plancher avant soudure.
   Lesdeux ont été débarrassés de la rouille. Le nouveau plancher à été percé de 13 trous de 5mm
    Je passe ensuite un coup de bombe cuivrée avant soudure : tout est prêt!
   
   


   J'en profite pour traiter aussi les inserts et une pièce que les propriétaires de 4cv connaissent bien...
   La goulotte de remplissage de liquide de refroidissement.
   
   


   Boulonnage et serrage de la platine sur le plancher...
   Coup de brosse circulaire à l'emplacement des soudures...


et      ???
   
   


   Regardez bien la photo précédente et regardez celle-là.... les nervures!!!
   Eh oui, j'ai bien failli souder la platine du mauvais côté de la tôle...
   Le bombé des nervures de renfort doit être en dessous. et comme la platine n'est pas symétrique, sur la photo précédente, elle était donc à l'envers pour que les trous coïncident!
    Si je l'avais soudée comme cela, bonjour les dégâts!
   Autrement dit, vérification avant chaque étape et surtout avant de souder si on est seul!
   Dans le cas présent, je n'ai eu que quelques trous à percer au bon endroit...
   La soudure a été faite du bon côté!
   


   il n'y a plus qu'à desserrer... un petit coup de meuleuse...
   Le plancher avant est recouvert d'un aiguilleté de 8mm d'épaisseur. Donc les soudures peuvent restée en surépaisseur.
   Il ne sert à rien de meuler jusqu'à l'affaiblissement des soudures...
   
   


  Une petite photo sympa avant de refermer:
vue de la trappe d'aération, juste sous le pare-brise, depuis les dessous de "Julie" .
   
   


   Le nouveau plancher vient s'emboiter parfaitemententre les longerons et traverses
   Il faut juste un petit coup de lime à deux endroits...
   Et percer 46 trous de 5,5mm sur tout le pourtour pour les soudures...


   Par contre les bordures du vieux plancher sont complètement déformées
J'ai posé un tube carré qui montre clairement que la tôle du dessous est creuse de plus de 5mm
   Il faut nettoyer tout cela et redresser au marteau et au serre joint
   


   J'ai utilisé pendant toute la restau une masse que j'avais récupéré il y a au moins 30 ans sans savoir à quoi elle pouvait servir.
Je sais maintenant que c'est un marteau de carrossier appelé marteau de débosselage.
   Je lui ai emmanché un manche en buis...
   Brossage de tout le pourtour ou il y aura les soudures.
   
   


 Mise en place de masses de chaque côté pour éviter que le planche bouge au moment de la soudure.  
   
   


   Et soudures... Pas de possibilité de mettre de pinces ou de serre-joints.
Pour bien souder, il faut appuyer la tôle du plancher neuf sur le vieux avec un tube métallique.
Comme il vaut mieux utiliser ses deux mains pour souder, j'ai appuyer avec l'épaule juste à côté du trou au moment de la soudure.


   Cette fois , le plancher est en place. Les soudures sont belles
   Le soudeur s'améliore
   


   Tout l'ensemble avant est remis en état.
   Il y a encore quelques traces de mastic à gratter, queques traces de rouille à traiter
   Et ensuite il n'y a plus qu'à meuler, mastiquer, poncer, mettre en apprêt et peinture...
   Mais il me reste une encore un peu de tôlerie à faire : le toit ouvrant, la goulotte d'eau, et surtout les finitions.

Retour en haut de la section
Retour au Menu principal





Réfection de la goulotte d'eau

    La goulotte de remplissage d'eau se trouve au dessus du capot arrière, et l'orifice de remplissage du carburant dans le coffre moteur! attention aux erreurs!
    La goulotte de remplissage est munie d'un évent qui permet au trop plein de s'évacuer sous le moteur. Le seul soucis c'est que si la goulotte est perforée, le trop plein de liquide de refroidissement dégouline à l'intérieur du coffre moteur!
    Et cette goulotte n'est pas démontable! En trouver une en vente sur internet est difficile, même chez les dépeceurs de 4CVS!


   L'ensemble de ce petit chapitre se tient au dos de cette photo
   Ca vous amusera sans doute de savoir que je prenais ce bouchon pour l'entrée du réservoir d'essence!
   Et ce n'est que lorsque j'ai ouvert ma première notice de 4cv trouvée dans les papiers du véhicule que j'ai appris que c'était le bouchon qui permettait le remplissage de liquide de refroidissement
Je ne savais même pas que la 4cv avait un moteur à refroidissement par eau... j'avais eu une vieille 2cv!

    L'aspect de l'arrière était engageant et je regretterai toujours de de pas avoir pu conserver cette publicité...


   Mais le dos de la photo est moins réjouissant. C'est lors des travaux de finition et peinture, étant installé à la peinture du coffre moteur vide que la goulotte d'eau a attiré mon attention
   A première vue  elle semblait en bon état et le collier du trop plein paraissait neuf.
   Mais le "goudron" cachait la rouille.... et quelques trous!


   J'ai commencé par retirer le bouchon et l'enjoliveur fixé par deux boulons et écrous
   Et les ennuis ont commencé... enfin je commence à être habitué
   


   Aucune trace de soudure à l'extérieur, juste quelques marque de serrage de soudure électrique
   Pour bien faire il aurait fallu dépointer de l'intérieur, mais impossible de faire entrer la moindre perceuse..
   J'ai commencé à dépointer mais impossible de loger un outil dessous pour "casser" les restants de soudure.
   Et après le premier essai, je me suis aperçu qu'il y avait 2 épaisseurs de tôle. De plus les trous étaient légèrement décentrés. J'ai fini par remplacer mon foret de 6mm par un foret de 8mm.    Bref une heure de bidouillage pour dessocler cette goulotte, presque proprement!


   
   La goulotte démontée(car le terme "dessocler" semble faire partie d'un patois champenois)
   Un trou supérieur ont été traversés... il faudra faire avec!
   Et de toutes façons, tout l'espace des soudures est couvert par l'enjoliveur...


   
   La platine de fixation  et l'entrée de la goulotte sont en bon état, c'est le plus important car il est impossible de trouver une goulotte d'occasion, c'est trop chiant à démonter...
   Et il n'y a pas de refabrication.


   Et voilà les dessous de la demoiselle...
   Quand on regarde d'un peu loin, ça parait correct
   Avec un appareil photo numérique, c'est déjà moins bien...


   Vue de l'intérieurà la lumière.. pas possible de faire du rebouchage à l'étain ou au mastic... La tôle est trop malade!
   Je vais reconstruire la tôle de "l'entonoir"
   Mon objectif est de la garder telle quelle car j'ai bien compris que trouver une goulotte en bon état est utopique.
   Je veux refaire les parois et les souder à l'étain et refaire la sortie avec un morceau de tube cuivre de 22mm
   


   Pour découper les deux tôles ( une pour chaque côté), faire un gabarit en papier pour chaque
   
   


   Après report sur les tôles, découpe facile à la cisaille
   Il faut faire arriver la tôle juste au niveau du raccord de chaque côté
   


   Pour cintrer proprement, un cône en bois...ici un pied de sommier
   A la main sur la section la plus large, vérifier que le cintre correspond bien au parois de la goulotte. ajuster la longueur sur la goulotte si besoin.
   


   Il faut donner un peu de serrage pour pouvoir mettre les tôle en place....
   J'ai essayé de souder avec de la soudure en baguette de plombier, ça ne va pas bien la soudure a tendance à couler
   


   Pour ce genre de travail, il faut avant tout un bon décapant liquide pour soudure à la flamme
   Et du fil à souder de 2mm: j'ai pris celui que j'utilise pour mes raccords de tuyaux de cuivre
   


   Pour faciliter la tenue de la soudure, serrer un collier de serrage au niveau de la sortie
   Et quelques coups de marteau pour donner la forme
   Ensuite, tout est dans la préparation toile emeri, décapage, brasure, essuyage et recommencer jusqu'à ce que le joint de brasure soit régulier...


   Pour la brasure, Le principe est simple, Après avoir mis un peu de décapeur chimique au pinceau à l'emplacement des soudures, poser un cordon du fil à souder horizontalement sur la jointure
   Faire chauffer la tôle au chalumeau
   Et au moment ou le fil à souder se ramolli, tamponner et essuyer avec un vieux pinceau au une toile épaisse
    Il y a 2 cotés et deux arrondis à souder par tôle.


   Mise en place de l'extrémité tube de cuivre  de 22mm 40 mm de long. j'ai été obligé d'acheter 1 m. un raccord droit aurait pu faire l'affaire
   mais les raccords sont moins épais que les tubes... il s'emmanche au maillet sans problème. même principe pour la brasure...
   
   


   Pour faciliter la manipulation et maintenir la goulotte horizontale, je l'ai emmanchée sur un morceau d'une vieille queue de billard serrée dans l'étau!
   d'abord 2 ou 3 dépôts d'étain pour maintenir la tôle en place du premier côté puis serrage, martelage léger sur l'autre côté  et aussi2 ou 3 dépôts d'étain.
Quand la première tôle cintrée tient en place, finir le premier côté :Coup  de brosse métallique, coup de de décapant et dépôt d'étain sur tout le pourtour
Ensuite, faire chauffer jusqu'à ce que l'étain ramollisse et avec le pinceau, étaler l'étain dans les joints. Il faut tourner la goulotte pour que ça ne coule pas. Et recommencer... brosse, toile décapant jusqu'à ce que tout soit rempli!
Faire la même chose avec la deuxième tôle.
En profiter pour boucher les trous éventuels en haut de la goulotte... j'avais un trou/coup de ciseau fait lors du dépointage...
   


   La goulotte est prête; un coup d'oeil avec un éclairage extérieur : pas de lueur apparente à l'intérieur
   Mais en soufflant dedans, je sens une petite fuite au niveau du tube de 22
   reprise de la brasure sur le cuivre... cette fois c'est étanche à l'air et à l'eau... quelques coup de lime, toile Emeri et laine de fer 000...


   Restera avant la mise en place, un coup d'acide phosphorique à l'intérieur, coup de brosse et un coup de Rustol Owatrol en bombe.
   
   Pour la suivante, j'essayerai de soigner un peu plus l'esthétique! Celui qui a perdu sa belle mère n'ira pas la chercher là!

Retour en haut de la section
Retour au Menu principal





Les ailes avant : tôles basses et zone de fixation


    Je n'avais pas prévu la réfection des ailes avant. Elles étaient stockées à l'abri sous un drap depuis le retour de chez le sableur. Et j'étais tellement préoccupé par mes portes enfoncées, que je n'avais pas trop fait attention...
    Quand j'ai eu besoin de les déplacer, j'ai compris que je devais remettre en route le poste à souder....


   Les deux ailes avant ont été restaurées il y a très longtemps, sans doute lors d'un accident..
   Toute la partie basse a été défoncée, reformée et mastiquée à la louche
   


   Le sablage a fait partir le mastic extérieur...
    Le masticage extérieur sera mieux fait par le peintre que par moi. J'ai décidé de ne pas y toucher!
   Par contre pour l'intérieur, je ne peux pas traiter la rouille en surface et mettre de l'apprêt dessus. Il vaut mieux tout reprendre!


   On trouve dans le commerce des bas d'ailes en morceau
   Les formes et dimensions sont approximatives, il faudra donc faire avec....
   


   Mise en position de la pièce et traçage... il faut laisser 2 cm de recouvrement sur le pourtour pour les points de soudures.
    "Tu devrez souder bord à bord m'a dit un copain..." si quelqu'un veut me montrer, la découpe bord à bord à la cisaille... euh  et ensuite la soudure, s'il veut faire, je veux bien ! :+)
   
   


   Dans ce coin là, ce n'est pas terrible, le sableur a oublié de passer et bien sûr en cabine : peinture sur cambouis... tout part au ciseau à bois.
   Je commence donc par gratter tout ce qui peut tomber
   

   Préparation des "rustines". Comme les tôles fournies sont faites pour les 4cv à partir de 1954, il n'y a pas d'ouïes pour l'aération du coffre avant où se trouve la batterie... et il faut donc les découper.
   J'ai découpé uniquement la bande se trouvant dans la zone de recouvrement pour que l'ouïe de l'aile puisse s'encastrer dans la découpe de la rustine.
 
   


   Deux trous et deux traits à la Dremel...
   Il n'y aura donc pas de petite ouïe sous le pare-choc. Elle n'a aucun intérêt, si ce n'est de laisser rentrer la pluie, ce qui explique que les trois tôles basses avant ont dû être remplacées!
   


   Pour faciliter le travail, j'ai acheté un jeu de 13 scies trépan à pastilles de carbure de tungstène allant du 18 au 53mm donc pour des trous de 19 à 54. je n'en avais pas besoin uniquement pour 4 trous dans mes rustines, mais j'ai aussi des trous de 50 et 54 à faire PROPREMENT dans mon tableau de bord!
   
   


   Je suis surpris car avec ma perceuse en vitesse lente, le travail est propre...
   L'outillage est souvent indispensable...
   


   La précision est acceptable, pas de bavure et ça va vite!
   
   


   Préparation de la tôle au disque à ailette de 80 "usé", ça ne gratte pas de trop .
   
   


   Et un coup de galvanisation à froid...
   
   


   Je vous avais parlé de cet achat sur un vide-grenier, une bombe à 2€! soudable, c'est le moment de faire l'essai
   
   


   Voilà la notice ... et il y a un lien pour ce produit
   Le produit a plusieurs avantages : il sèche très vite
   Il est soudable, c'est à dire que l'on peut souder dessus directement!
    Il tient à 550°C, et nous ne sommes pas obligés de retourner et vidanger la buse à chaque fois!


   Découpe des bas d'aile.... allez tenir seul en place une aile avant sur un établi... pas question d'utiliser la disqueuse de 115..
   Donc découpe à la Dremel... avec le flexible, ça va bien!
   Malheureusement le ressort a lâché pendant la deuxième découpe, je parie que je suis bon pour racheter un flexible neuf....
   


   Ajustage, il faudra que je reprenne les découpes du passage des pattes de fixation du pare-choc!
   
   


   Pointage des trous pour les soudures par points : je pointe l'aile car l'épaisseur est plus fine que la rustine
   
   


   Perçage des trous de 5.5mm... Pourquoi 5,5? foret affûté pour enlever très peu de matière qui ne me sert qu'à cela...
   
   


   Préparation des surfaces de contact des soudures sur l'aile à l'intérieur
   
   


   La préparation, c'est retirer toute trace de rouille et de peinture à l'endroit de contact et de soudure!
   Donc intérieur et extérieur des deux pièces à assembler.
   


   Au passage, les défauts de sablage, je vais passer à la brosse rotative toute les zones pas nettes.
   Refaire un traitement acide phosphorique + brossage + apprêt
   


   Mise en place de la tôle, martelage léger quand ça ne colle pas
   On a jamais assez de serre-joints
   Ce qui m'a le plus manqué, ce sont des pinces de carrossier avec un large écartement. Mais s'il fallait acheter tout ce qui est nécessaire, ce serait la ruine...


   Soudure par points directement sur la zone galva.
    Appui avec la pince avec la main gauche pour favoriser le contact : bonnes soudures!
    Réglage pour 2mm, fil de 08, intensité faible, avance du fil lente, temps de soudure 1 à 2 secondes
   
   


 Meulage des soudures : sur la photo, on a l'impression qu'il n'y a plus rien dans les trous! la soudure est belle et ça tient!  
   
   


   Même chose pour l'aile droite qui n'a pas été galvanisée à froid ... ça marche aussi.
   Le problème des bricoleurs dans tous les corps de métier, c'est la connaissance des bons produits.
   On peut souder directement sur certains apprêts...
par exemple celui ci : http://4cv.album.free.fr/docs/fiche-technique-f714.pdf


   La deuxième "Rustine" en place
   
   


   Meulage des soudures
   
   


   Et points de soudure à l'intérieur. Vous remarquerez que la découpe de l'ouïe n'est pas la même, car les pièces droites et gauches ne sont pas les mêmes. Celle de droite est plus courte d'1cm ...
   
   


   Celle de gauche est plus présentable...
   
   


   Réfection de la bande de fixation de l'aile avant droite
    Et là, ce n'est plus aussi simple car la tôle est pourrie !
    Pour rappel sur la caisse, la zone était complètement délabrée...
   


   La zone de fixation de l'aile avant droite sur la caisse après restauration...
   
   


   L'angle supérieur est pourri, il faut donc le remplacer complètement sans toucher à l'extérieur!
    Refaire complètement un angle comme ça est un travail de tôlier professionnel. J'en connais un... le fils de Chercheurfou, mais je n'ai pas l'habitude d'emmerder les copains qui n'oseraient peut-être pas me dire non...
    Donc, une pièce de renfort!


   
   


   Même chose pour la patte de fixation qui vient se serrer sur la caisse par 3 boulons de 8... là, je mettrai une bande de renfort sur toute la longeur!
   
   


   Découpe d'un angle de renfort en tôle de 0,8mm, pliée et cintrée pour pouvoir s'encastrer...


   
   


   Repérage pour découper la tôle pourrie...
   
   


   Découpe à la Dremel... je souderai sur la partie en tôle que vous voyez au dessus de la cisaille car l'angle est encore costaud
    Sur la tôle extérieure, il n'est pas question de souder, il n'y a plus rien!
   


   Essai de mise en place de l'angle de renfort: il faut décaper à fond l'intérieur et cintrer un peu plus l'extrémité de l'angle pour le faire rentrer
   


   Préparation des zones des soudures
   
   


   Perçage des trous pour les soudures...
    Vous voyez la dentelle au fond...
    Quand tout sera terminé je ferai venir le peintre, il me dira si il prend en charge le masticage extérieur ou si il préfère que je mastique moi-même.
   
   


   Décrassage du fond... et passage de la zone à l'acide phosphorique la soudure se fera le lendemain après essuyage et séchage au décapeur thermique...
   
   


   En attendant, je peux toujours poser mon insert dans mon angle en tôle.
    Repérage avec le morceau de tôle pourrie que j'ai découpée...
   
   


   Le lendemain soudure...
   Pour renforcer, j'ai fait une vingtaine de points en ligne sur l'arrête haute...
   ça tient.
   


   Passons maIntenant à la bande : je vous passe le détail de la découpe, de l'ajustage, du perçage des trous pour les boulons de fixation, du dégraissage de la bande
    La préparation  de la zone la veille vers 19h, en même temps que la zone de l'angle haut et j'ai pu la traiter à l'acide en même temps.
    Là encore , cambouis et rouille sous l'apprêt...
   


   Et la tôle ne fait plus que 0,4/0,5 d'épaisseur par endroit, j'ai intérêt à régler comme si je soudais une épaisseur totale de 1mm  et faire du bouchonnage...
   
    Sinon tout va fondre...


   La veille, j'ai fait brossage, soufflage, acide phosphorique.
    Avant de souder, essuyage, séchage de la zone au décapeur thermique, brossage et un coup de bombe cuivre pour faciliter les soudures
    Séchage à nouveau : en ce moment, il ne faut pas espérer un séchage naturel...
    La pointe a déjà été renforcée lors d'une précédente restauration...


   La zone est sèche, propre, je vais pouvoir souder ma bande derrière...
   
   


   Mise en place de la bande de renfort...
   La bande va de la pointe de l'aile jusqu'au renfort d'angle sur lequel elle sera soudée.
   


   Et soudure par bouchonnage: 3 passages successifs , soudure, meulage, soudure....
   
   


   Le renfort est en place
   
   


   Détail des soudures par bouchonnage : l'aspect n'est pas terrible.
    Mais la vielle tôle sera prise en sandwich entre le renfort et la caisse...
   


   Traitement de toute la zone au Rustol Owatrol en bombe.
   
   Dés qu'il fera un peu plus chaud, il me restera à mastiquer en 2 passes, je pense, et une couche d'apprêt!


   Le sablage est l'étape la plus importante de la restauration
   Et si il a été fait par un atelier non spécialisé dans la restauration de voitures, attendez vous à avoir un travail de retouche considérable!
   Voici un exemple de zone non sablée, recouverte d'apprêt. Il faut les repérer et ensuite gratter toute la zone, faire un traitement à l'acide, laisser agir 2 heures, essuyer, laisser sécher, brosser une dernière fois et remettre une couche d'apprêt!


   
   Pour les ailes avant lorsque le travail de tôlerie est terminé, quand tout a été traité comme il faut, il reste à  mastiquer les raccords et soudures.
   Ici c'est l'intérieur de l'aile avant droite

   Le masticage se fait en plusieurs passes. Mettre du mastic, laisser sécher, poncer. Remettre du mastic dans les creux et recommencer jusqu'à obtenir une surface lisse au passage de la main
Lorsque la surface est correcte, un dernier ponçage de finition avant apprêt


   Vous savez que le processus de la rouille est une oxydation du fer par l'eau et l'oxygène.
   Si mettre du Mastic ou de la peinture sur de la rouille suffisait pour l'arrêter, ce serait formidable
   Même en prenant toutes les précautions, on est jamais sûr que la rouille ne reviendra pas!
   Alors ne lésiner pas: il faut faire disparaitre toutes les traces de vieilles peintures, cambouis, mastic et ensuite utiliser les bons produits.
Pour les endroits ou vous ne pouvez pas brosser ou poncer, un coup d'acide phosphorique suivi de frameto ou d'un coup de Rustol owatrol en bombe!
   Mais toujours bien laisser sécher entre chaque produit, quitte à utiliser un décapeur un décapeur thermique ou un sèche cheveux!
   Seulement après, vous pouvez mastiquer ou peindre


  Ces zones sont les plus difficiles à traiter. quand tout a été fait comme il faut, il vous arrivera de penser : j'aurais dû chercher une autre aile!
   Et bien, tout ce que vous trouverez ne sera pas forcément mieux ! A moins que l'aile qu'on vous propose soit totalement décapée à nu!
   J'ai acheté 50€ une porte avant droite qui paraissait vraiment correcte... c'est le mastic et la peinture qui tenait la tôle!
   


   Quand vous avez terminé de traiter, il faut immédiatement passer la couche d'apprêt qui protègera la tôle de l'air ambiant et de l'humidité.
   Ici, une couche d'apprêt à l'intérieur de l'aile avant gauche faite au pistolet.
   La peinture est un métier et elle nécessite une cabine sophistiquée. Vous pouvez peindre vous même les intérieurs de pièces non visibles, mais tout ce qui est visible et extérieur doit être fait par un professionnel!



   Un bon apprêt est un apprêt qui résiste aux chocs et aux rayures. Quand il est bien sec, après 48 heures dans une pièces chauffée, la pointe du tournevis va le rayer mais pas le retirer. Si vous l'attaquez avec une brosse rotative métallique, la brosse le marque, le noircit, mais ne le retire que difficilement.
   
   


   Lorsque vous êtes intervenu en tôlerie sur les ailes et les portes, il est absolument indispensable de faire un montage à blanc avant la mise en peinture!
   Les ailes arrières paraissent complètement voilées...
   Mais la mise en place se fait sans problème.


   Par contre pour les ailes avant, pas la même histoire!
   Il faut maintenir les boulons de fixation en place dans les pointes... je l'ai fait avec des petites cales en bois
   J'ai du recouper le haut de l'aile avant gauche, percer les 3 trous de fixation sur la caisse sur le passage de roue côté porte Et comme les ailes avant n'étaient plus fixées sur l'avant, il faut percer des trous sur les ailes et sur la caisse




   A l'origine l'aile avant gauche recouvrait l'aile avant droite de 2 cm et l'aile avant droite était donc mise en forme pour que les deux ailes soient au même niveau.
   Pour moi, impossible de le faire! Et donc serrage à blanc marquage des trous, reprise de l'alignement des bas d'aile e du joint vertical entre les deux, traçages, démontage, tronçonnage à la Dremel sur les lignes de traçage...
   Voilà ce que ça donne! il reste deux boulons à mettre en place en bas à droite.

   Comme le peintre fait la peinture des pièces séparément, il faudra repeindre les 7 boulons et rondelles après remontage...

Retour en haut de la section
Retour au Menu principal





Renforcement d'un gond de porte avant


    Quand j'ai acheté mes 3 portes dans le 63 prés de Clermont-Ferrand, la porte avant gauche avait le gond du bas qui bougeait légèrement et la tôle à gauche était rentrée à l'intérieur sur 2mm...
"Julie" est équipée d'un toit ouvrant : Quelle chance!
   Les portes avant de 4cv était lourdes, s'ouvraient dans le sens de la marche et de temps en temps malheureusement, s'ouvraient au delà du supportable quand il y avait du vent!   De ce fait, elles avaientt tendance à se fermer difficilement et on les claquait un peu trop fort!
Les butées et les gonds supportaient mal ces mauvais traitements.


   Voici le gond malade. Il hoche latéralement de droite à gauche.
   Vous pouvez observer sur la photo que la tôle de la porte est enfoncée vers l'intérieur sur environ 2 à 3mm...
   Cze n'est pas beaucoup, mais cela suffit pour que la porte penche vers l'avant de presque 1cm à son extrémité!


   Le gond avait déjà été renforcé par deux boulons ajouté sur le champ de la porte.
   Quand j'ai voulu retiré le premier, la tête a cassé net.
   On voit que la tôle était fêlée et qu'il ne restait pas grand chose!



   J'ai été voir à l'intérieur comment le gond était fixé.
   Je me suis payé pour mon Noël une petite caméra endoscopique à 59€ à LIDL. Elle permet de faire des photos dans des endroits inaccessibles, elle est équipée d'un zoom et d'une lampe d'intensité réglable.
    On voit ici dans le noir, au fond le fer plat du gond et sur l'avant la patte de renfort sur laquelle le gond est soudé.


   Sur la deuxième photo, sous un autre angle, on voit au fond que la tôle renfort est fissurée
   
   


   
   Sous un autre angle,, on voit dans l'angle bas à gauche, le fer plat du gond et au dessus le renfort qui semble mal fixé
   


   
   Et sur cette quatrième photo, vous pouvez voir nettement de gauche à droite
      Le trou où s'emboite la butée de porte
      La tôle de renfort soudée
      Une grosse fissure et l'arrondi de la patte de renfort qui recouvre le fer plat du gond
      


Il y a deux solutions:

   La première :découper la tôle autour du renfort et du gond et extraire le tout pour ressouder le gond sur le renfort, et remettre le tout en place en soudant par dessus 3 bandes de tôles, une sur le champ du montant de porte et une de chaque côté du recouvrement des découpes du renfort.

   La seconde ne pas bouger le gond et le renfort, et re-boulonner l'ensemble tôle extérieure-fer plat du gond- patte de renfort, et tout bloquer par de la soudure...
   
  Avant de retirer le 2ème boulon, j'ai gratté ce que j'ai pu et j'ai chargé en soudure pour faire rougir la tôle et le fer plat du gond, après avoir pris soin d'aligner les deux gonds avec un rond de 8mm.


 Extraction de la deuxième vis de 5mm, et taraudage à 6mm  
   
   


   Mise en place d'une vis à tête fraisée de 6mm qui traverse le fer plat du gond ... et j'ai meulé légèrement la tête de vis avant de noyer le tout dans de la soudure.  
   Pour ce genre de soudure, la présence d'un fer plat épais permet de faire rougir le tout sans risque autour de la tête de boulon
   


   Aprés un bon brossage et meulage de l'ensemble, on voit bien que la tête de fis est complètement noyée dans la soudure.
   
   


   Il ne reste plus qu'à renforcer l'ensemble avec la technique du bouchonnage, c'est à dire en entassant de la matière par des petits points de soudure les uns sur les autres.
   Brossage, soudures, brossages, soudures, meulage...
   Il faut juste éviter de trop charger ce qui empêcherait de bien former la porte... 


   Vue du dessus, la recharge en soudure dépasse d'à peine 1mm et le gond ne bouge plus!
   Si cette réparation ne tient pas dans le temps, je sais ce que je devrai faire : tout découper et en passer par la première solution!
   


   Mise en place de la porte pour essai
   La porte rentre bien dans son logement et joue bien sur son gond
   Il faudra éviter de la claquer comme une brute!

Retour en haut de la section
Retour au Menu principal





Réfection du toit-ouvrant


    "Julie" est équipée d'un toit ouvrant : Quelle chance!
    OUI, car tout le monde à l'époque voulait ce toit ouvrant. Malheureusement, l'étanchéité laissait à désirer et la récupération d'eau se faisait sous le toit par des gouttières dont l'eau devait s'évacuer par des tuyaux qui débouchaient dans les ailes avant et arrière.
    Malheureusement, le caoutchouc se désagrégeait rapidement et l'eau s'écoulait surtout à l'arrière dans l'habitacle, et sous le ciel de toit!  

  


   Le toit ouvrant de "Julie" était bloqué et obturé par une bande d'adhésif sur le pourtour

   Ce qui laissait présager des fuites...
Hélas, ce n'était pas le cas!

   A l'ouverture le toit ouvrant était bloqué, il s'ouvrait dans un bruit de tôle qui grincent
   A l'extérieur, rien de spécial...
   


   J'ai donc commencé par démonter les poignées...
   Ce sont en réalité deux couvercles qui cachent tout le mécanisme de verrouillage...  qui permettent de tirer le toit vers l'arrière et vers l'avant
   


   Le système de verrouillage ne fonctionnait plus... moins drôle.
   Mais le loquet chromé du verrou faisait bien bouger la tige de métal.
    Le toit gratté à la spatule ne semble pas très rouillé : c'est normal, le bombé empêchait l'eau de rester!


   Vous voyez sur cette photo le loquet de vérrouillage condamné par de l'adhésif attaché sur la patte du rétroviseur...
   
   


   Ces deux vis servent à fixer les taquets de remontée du toit ouvrant à l'arrière
   
   


   Les tuyaux d'évacuation d'eau en caoutchouc noir de diamètre intérieur 12mm était souvent fendu ou débranché....
   Rouille dans toute la zone...
   


   Beau pavillon arrière
   On voit bien les deux tuyaux d'évacuation de l'eau vers les ailes arrière...
   En réalité, l'eau devait gicler partout et s'écoulait derrière la banquette arrière!


   Le tuyau a été colmaté à un moment donné, mais le pli 2cm plus bas est le signe d'un tuyau fendu
   
   


   Celui de droite est détendu...
   Plus tard, je me suis aperçu que c'était le seul qui n'avait pas été coupé avant de pénétrer dans les ailes arrière. Il amenait l'eau dans un bidon à droite du moteur!
   

    La sortie du toit ouvrant s'est faite tout seul : je l'ai tiré vers l'avant et vers le haut et il est venu sans problème. J'ai été surpris...
   En réalité les butées de verrouillage avant disparue!
   Et la première constatation que j'ai pu faire, c'est que les galets ne tournaient plus, ils étaient devenus carrés, les roulettes avaient disparues et les ressorts étaient cassés!
    Aïe, Aïe, Aïe !



   La deuxième était que non seulement les taquets de verrouillage avaient disparus, mais que la barre était cassée à droite!
   Trouver ces pièces : impossible. Les faire refaire : possible mais compliqué!
   Alors recherche d'un toit ouvrant!



  Et là, la magie du forum! Un membre m'a proposé un toit ouvrant récupéré sur une épave morte...   
   Et il me l'a même livré presque à domicile : Merci Harchi, Francis, Vitryat de la Gironde!
   Oui, il n'est pas neuf... je dirais même plus comme le capitaine Haddock, il a une sale gueule! mais... à y regarder d'un peu plus près...


   Le système de ressort est complètement différent du mien : beaucoup plus long et le galet est en parfait état!
   Rien sur les toits ouvrants dans les documentations.
   et il y a eu un problème de conception ... étanchéité, galets, ressorts, tout a été modifié plusieurs fois!


   une décision s'impose : remettre les deux en état et la décision deviendra évidente!
   Démonter les ressorts, roulettes et galets pour les monter sur le toit de "Julie"???
   Finalement, la rouille est superficielle et le toit n'a pas l'air si mal


   En haut, les galets et ressorts du toit d'Harchi après un léger décrassage
   En bas ce qui reste sur le toit ouvrant de "Julie"
   Avec les deux, je devrais pouvoir faire quelque chose.


   Autre chose importante, la barre de verrouillage du toit d'Harchi est entière, alors que celle de "Julie" est cassée
   La réparer en ressoudant une tige... faisable! mais il vaut mieux reconstituer le U et l'emboiter avec un manchon soudé
   


   Démontage des taquets sur le toit d'Harchi : il y aura trois vis à extraire
   Les deux premiers sont les taquets de verrouillage : les U de de la tige attrape le toit ouvrant par la partie évidée et fait remonter l'avant du toit en position haute
   


   Le toit ouvrant semble être resté dans cette position assez longtemps
   En plus de la rouille, des restes de tissus. J'ai cru que la caisse avait brûlée, mais ce n'est peut-être que de la rouille!
   


   D'abord un coup de spatule pour décrocher les restes de ciel de toit, puis un bon coup de brosse rotative
   Acide phosphorique sur toute la surface: deux heures après tout est blanchâtre
   


   Un petit coup de Decapex côté extérieur : la peinture verte accroche bien sur l'apprêt antirouille de l'époque.
   mais ça crapote un peu...
   la deuxième couche n'attaque pas plus... les formules de décapex "écolos" ne valent pas les produits des années 1960!


   La peinture verte accroche... et le minium aussi
   D'un côté c'est plutôt bon signe c'est que le dessus du toit a été protégé comme il faut!
   A retirer cette peinture au décapeur thermique : ça fera une bonne base saine pour mon apprêtquoi bon


   Démontage du vieux joints périphérique
   Les pattes de fixation tout autour sont encore en bon état
   


   L'ancien et le nouveau joint
   On trouve encore sur internet un kit de joint complet: le joint périphérique est de bonne facture.
   


   Les deux toits ouvrants...
   En haut celui de "Julie" légèrement enfoncé en haut à gauche... en bas celui d'Harchi, le bombé est impeccable...
   


   Le dessous des deux toits ouvrants...
   Celui de "Julie" est en meilleur état, mais quand il sera monté sur la voiture, il ne sera pas visible!
   Regardez bien cette photo : il y a un élément déterminant dans le choix que je dois faire...


   Ponçage du bombé à la ponceuse excentrique triangulaire
   Travail à faire dehors avec un masque...
   


   Le minium de plomb a été interdit en France après la dernière guerre, mais on a continué à l'utiliser jusque dans les années 1990.
   C'était l'antirouille par excellence
   


   Après plusieurs heures de ponçage, voici l'aspect du dessous du toit d'Harchi
   L'aspect est granuleux, il y a encore une fine couche de rouille au fond de certaines alvéoles...
   


   le dessus du toit est presque propre
   Un dernier passage à l'acide avant mise en apprêt
   


   Préparation des pattes de verrouillage
   Pas question d'utiliser un extracteur pour les sortir. Pointage et perçage
   


   ... et taraudage des trous
   Il y a deux trous de fixation mais un seul trou dans la tôle du châssis sur le pavillon
   


   Les deux pattes de verrouillage sont prêtes
   Cette fois-ci, je ne peux plus retarder ma décision : je dois choisir un toit ouvrant...



   Regardez le profil des deux toits ouvrants ... ce ne sont pas les mêmes! Sur  "Julie, il n'y a pas la rainure pour faire passer le ressort!
   C'est donc beaucoup plus simple de remettre en état le toit d'Harchi que de démonter et de transférer ressorts et roulettes!

    Tout simplement par ce que le profil de rive arrière du toit de "Julie" n'est pas évidé!

   Et dépointer 40 points de soudure pour transférer les profils serait pure folie!



   Donc transfert des galets sur le toit d'Harchi!
   Dépointage sur "Julie"
   


   Les platines de fixation des galets étaient soudées
   Je préfère les poser avec des vis et écrous...
   Si je dois remplacer les galets par des galets en Téflon... ce sera plus facile!


   Ajustement de la position
   Perçage des trous...
   


   Mise en place des galets
   Il y a la place sur l'arrière pour des écrous fin. je n'ai que la vis à arraser
   


   
    Préparation de la surface par brossage des résidus d'acide phosphorique et dépoussiérage à l'air comprimé
   
    Sur cette photo, j'ai fait un traitement au Frameto sur moitié de l'intérieur du toit. 20  minutes après, la zone est noire protégée et sèche 


   1 heure après, je peux passer une couche d'apprêt au pinceau
   les emplacements ou il y a du ruban de masquage, ce sont les endroits ou le ressort doit pouvoir tourner sans contrainte dans les pattes de fixation.
   Il y a encore une patte ou le ressort est bloqué. je ne veux pas forcer wd40!


   Pour avoir une face extérieure lisse, j'ai branché mon vieux pistolet électrique...
   Plus rapide à mettre en route, plus facile à nettoyer et beau travail
   Comme d'habitude, j'en ai profité pour mettre en apprêt un tas de petites pièces...


   ... dont les poignées du toit...
   Et les petites pièces
   Une des poignée de "Julie" était très cintrée, j'ai pu la remplacer sans problème


   Mise en place du joint périphérique
   Juste avec les pattes latérale
   Je verrai à l'usage si je dois mettre un joint caoutchouc Loctite...


   Mise en place su système de verrouillage et des poignées
   Il n'y a plus qu'a faire un essai du toit...
   


   Mise en place des taquets arrière
   Attention à l'étanchéité des trous de vis : il faut mettre du joint Loctite silicone noir!
   


   Essai des taquets de verrouillage
   une seule vis et la découpe suppérieure permet de déplacer le taquet vers l'avant ou l'arrière de 2 ou 3mm
   Je verrai si le joint est bien écrasé sur l'avant... mais il faut les retirer pour faire entrer le toit!


   Les glissières et chemin de roulement doivent être impeccables pour que le toit puisse glisser facilement.
   L'apprêt a recouvert toute la rouille et la poussière...
   Il faut tout gratter et poncer pour obtenir une surface parfaitement lisse.
    Peut-être faudra t'il coller un adhésif Téflon sur les chemins de roulement des galets ?


   Premier essai du toit, il rentre sans problème...
   Il roule aussi comme il faut à condition de tirer avec les deux poignée en même temps!
   


   Le toit se vérouille comme il faut, mais le joint avant n'est pas suffisemment écrasé
   Je devrai le faire avant le départ de "Julieé en cabine de peinture
   


   Après plusieurs manipulation du toit, je découvre qu'il y a une chose qu'il ne faut absolument pas faire !
   LE LOQUET DE VERROUILLAGE NE DOIT SURTOUT PAS ETRE UTILISE POUR RAMENER LE TOIT VERS L'AVANT
   Il doit rester vers l'arrière, on tire le toit vers l'avant avec les deux mains et on verrouille avec le loquet en l'amenant vers l'avant!


   Le toit en place en position verrouillée
   
   


   Vue sur les glissières du toit ouvrant...
   Il me reste deux petites chose à faire : acheter un joint spongieux pour l'arrière...
   Et faire un réglage précis des taquets de verrouillage pour écraser le joint à l'avant!


   ...
   Joint spongieux pour l'arrière...
   

Retour en haut de la section
Retour au Menu principal




La suite prochainement!


Travaux divers et finitions, corps creux


    Cette dernière section regroupe tous les petits travaux de tôlerie et de peinture qui ne sont pas spectaculaires, mais qui demande beaucoup de temps!
    Petits travaux de peinture, réparation de la jupe arrière, découpe du tableau de bord ... 

  


   
   
   


   
   
   


   
   
   


   
   
   


   
   
   


   
   
   


   
   
   


   
   
   

Retour en haut de la section
Retour au Menu principal




CONCLUSION DU CHAPITRE TOLERIE.

15 pièces majeures ont été remplacées et une dizaine de rustines pattes, inserts ont été découpés et mis en place Cette étape que je n'avais pas envisagée n'a pas été une partie de plaisir. Elle m'a appris a souder de la tôle fine et à affuter des forets à la volée... mais je ne pense pas que je recommencerai ce genre de travail dans les années qui viennent...    
   
   

Retour en haut de la section
Retour au Menu principal




La dernière mise à jour de cette page date du 12 août 2018 08:47